Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Venezuela

Fil des billets - Fil des commentaires

Dans les entrailles de la « favela verticale »

mardi 12 août 2014 - Derrière l'image


La Tour de David à Caracas, le 24 juillet 2014 (AFP / Leo Ramirez)
AFP / Leo Ramirez

Dans les entrailles de la « favela verticale »


Ce devait être le plus grand centre financier de Caracas. C’est devenu une véritable favela verticale squattée par trois mille personnes. Bienvenue à la Torre de David, un monstre de béton de 195 mètres de haut dont la carcasse inachevée domine le quartier d’affaires de Candelaria depuis plus de vingt ans. Le reporter Gerardo Guarache Ocque a pu visiter ce gratte-ciel-bidonville de 45 étages, qui a commencé à être évacué par les autorités.


Lire la suite...

Venezuela : l’art de l’émeute

lundi 31 mars 2014 - Décryptages


Manifestation à Caracas, le 27 février 2014 (AFP / Leo Ramirez)

« Il y a un mois, quand les protestations avaient commencé au Venezuela, les manifestants et les forces anti-émeutes ne semblaient pas boxer dans la même catégorie », raconte Leo Ramírez, reporter photographe  « D’un côté régnait le chaos et l’émotion. De l’autre, la tactique et l’organisation. Mais ces dernières semaines, les choses ont changé. Les manifestants ont évolué et maintenant, ils savent affronter "l’ennemi" ».

(Photo: AFP / Leo Ramírez)


Lire la suite...

« Tu ne sais jamais comment tu vas revenir »

mardi 18 mars 2014 - Témoignages


Un cocktail molotov est projeté sur la police à Caracas, le 28 février 2014 (AFP / Juan Barreto)

«Depuis le début des protestations, il y a un mois, tu sais où tu pars. Mais tu ne sais jamais comment tu vas revenir », écrit Juan Barreto, photojournaliste de l'AFP au Venezuela. « Tu prends tes précautions. Dès que tu arrives sur place, il te faut repérer le chemin le plus rapide pour battre en retraite si la situation l’exige. Tu n’es pas à la guerre, tu es en train de couvrir une des manifestations qui se suivent et se ressemblent dans les quartiers résidentiels de l’est de Caracas. »


Lire la suite...

Répression à moto au Venezuela

lundi 17 mars 2014 - Derrière l'image


Arrestation d'une manifestante à Caracas, le 13 mars 2014 (AFP / Leo Ramirez)

« Les arrestations se font de façon extrêmement rapide », raconte Leo Ramirez, photographe à Caracas. «On a presque du mal à se rendre compte qu'elles ont lieu. Les manifestants et les policiers s'affrontent, et au milieu des jets d'eau et des gaz lacrymogènes surgissent tout à coup une cinquantaine de motos lancées à pleine vitesse. Les deux policiers montés dessus traquent les protestataires qui s'enfuient à toutes jambes, mais ne sont généralement pas assez rapides pour échapper à leur capture.»

(Photo: AFP / Leo Ramirez)


Lire la suite...

Les yeux qui te regardent

jeudi 6 mars 2014 - Derrière l'image


A Caracas, le 16 janvier 2014 (AFP / Leo Ramírez)

Caracas, comme la plupart des villes du Venezuela, est pleine de regards d'Hugo Chávez: sur les murs, sur les T-shirts, sur les voitures, au bord des routes et dans les stades de baseball...

« Un an après la mort de celui qui gouverna le pays de 1999 à 2013, cette image rappelle que Chávez reste présent au Venezuela à travers son regard, que cela plaise ou non », raconte Leo Ramírez, auteur d'une série d'images qu'il a intitulé "Les yeux qui te regardent". « Ses yeux, présents à tous les coins de rue, semblent contrôler tout ce qui se passe dans le pays. »

Lire la suite...

L'adieu au "Comandante"

lundi 18 mars 2013 - Témoignages


Le corps d'Hugo Chávez défile dans les rues de Caracas le 6 mars 2013 (photo: AFP / Geraldo Caso)

Les dernières heures du Venezuela sous Hugo Chávez et les funérailles du "comandante" vues par Laurent Thomet, un des envoyés spéciaux de l'AFP à Caracas.

(Photo: AFP / Geraldo Caso)




Lire la suite...

Derrière le mythe Chavez

jeudi 7 mars 2013 - Témoignages


Chavez pendant une conférence de presse au palais présidentiel de Miraflores, avec le président palestinien Mahmoud Abbas, le 27 novembre 2009 (photo: AFP / Juan Barreto)

Une poignée de mains, deux minutes de conversation suffisaient pour se rendre compte que lorsqu'il prétendait rêver d'une retraite allongé dans un hamac, à surveiller un petit troupeau de vaches au bord de la rivière Arauca, Hugo Chavez mentait. Le président du Venezuela était un politicien actif 24 heures sur 24. Il avait fait de la "révolution bolivarienne" l'unique but de sa vie, avec tout ce que cela impliquait: un idéalisme truffé de contradictions, un radicalisme absolu face à ses adversaires, une dangereuse certitude d'être indispensable et une solitude au pouvoir qui n'était pas sans inspirer une certaine tristesse, raconte Beatriz Lecumberri, qui a dirigé le bureau de l'AFP à Caracas de 2007 à 2011.

(Photo: AFP / Juan Barreto)



Lire la suite...

Venezuela: "La révolution sentimentale"

lundi 3 septembre 2012 - En bref


Hugo Chavez exhibe des pistolets ayant appartenu à Simon Bolivar, le 24 juillet 2012 (Photo: AFP / Juan Barreto)

Directrice du bureau de l'AFP à Caracas de 2007 à 2011, Beatriz Lecumberri raconte dans un livre (en espagnol) son voyage journalistique de quatre ans dans le Venezuela d'Hugo Chávez. Le populiste et charismatique président "était devenu ma grande obsession", raconte-t-elle dans l'introduction de "La revolución sentimental" (Editions Puntocero). "L'écouter, le deviner, l'accompagner, l'interpréter et l'attendre étaient devenu mes principales activités".

(Photo: AFP / Juan Barreto)

Lire la suite...

«Qu’est-ce qui te prend de me poser cette question?»

mardi 17 avril 2012 - Débriefings


VENEZUELA-COLOMBIA-CHAVEZ

Au Venezuela, la vie des journalistes étrangers se déroule au rythme qu'imprime le président Hugo Chávez. Le problème, c’est que ce rythme est toujours improvisé et secret. Directrice du bureau de l'AFP à Caracas pendant quatre ans, Beatriz Lecumberri raconte comment couvrir les faits et gestes du chef d'Etat le plus charismatique et le plus controversé d'Amérique latine, mais surtout le plus imprévisible. (Photo: AFP / Thomas Coex)

Lire la suite...