Le secrétaire d'Etat américain John Kerry à la fenêtre de sa chambre de l'hôtel Beau Rivage de Lausanne pendant une pause dans les négociations sur le nucléaire iranien, le 1er avril 2015 (AFP / Fabrice Coffrini)
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry à la fenêtre de sa chambre de l'hôtel Beau Rivage de Lausanne pendant une pause dans les négociations sur le nucléaire iranien, le 1er avril 2015 (AFP / Fabrice Coffrini)

(AFP /Fabrice Coffrini)


« Quand on couvre d’importantes négociations internationales, il faut bien sûr participer à ce qu’on appelle les « photo ops » – les « opportunités de photo » organisées à l’avance par les services de presse des délégations. Mais il est tout aussi indispensable de s’intéresser aux coulisses, aux à-côtés, à tout ce qui sort des poses convenues, et de savoir improviser », écrit Brendan Smialowski, photographe de l'AFP basé à Washington . « Voilà donc à quoi je me suis livré durant la semaine où j’ai suivi le secrétaire américain John Kerry à Lausanne pour les négociations-marathon sur le nucléaire iranien qui ont finalement abouti le 2 avril à un « accord d’étape » qualifié d’historique par les Etats-Unis ».