Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Turquie

Fil des billets - Fil des commentaires

Frappe en direct à Kobané

vendredi 24 octobre 2014 - Témoignages


Frappe aérienne sur la colline de Tilsehir tenue par le groupe Etat islamique près de Kobané, en Syrie, le 23 octobre 2014 (AFP / Bulent Kilic)

Un raid aérien frappe dans l'après-midi du 23 octobre la colline de Tilsehir, à l'ouest de la ville syrienne de Kobané, tenue jusque-là par les combattants du groupe Etat islamique qui y avaient planté leur drapeau noir. Le reporter vidéo de l'AFP Mostafa Abulezz raconte comment il a filmé cette scène impressionnante depuis l'autre côté de la frontière turque.


Lire la suite...

Drapeau noir sur Kobané

mardi 7 octobre 2014 - Décryptages


Des combattants du groupe Etat islamique se tiennent à côté d'un drapeau de leur organisation au sommet d'une colline surplombant Kobané, le 6 octobre 2014 (AFP / Aris Messinis)

Des combattants montent la garde, sous le drapeau noir du groupe Etat islamique, au sommet d’une colline à l’est de la ville de Kobané, en Syrie. Cette image a été prise le lundi 6 octobre en début d’après-midi par le photographe de l’AFP Aris Messinis depuis le village turc de Mürșitpinar, juste de l’autre côté de la frontière. Sa composition étrange, et notamment le fait que les silhouettes des militants aient l’air disproportionnées par rapport aux autres éléments de la scène, a soulevé des doutes chez certains clients de l’AFP qui ont appelé l’agence pour s’assurer qu'elle est authentique.

Elle l'est. Voici les explications.

(Photo : AFP / Aris Messinis)


Lire la suite...

La guerre à la frontière, aux frontières de la guerre...

lundi 6 octobre 2014 - Témoignages


Une Kurde de Syrie se protège d'une tempête de poussière dans le village turc de Swedi, d'où elle observe les combats dans la Syrie voisine, le 24 septembre 2014 (AFP / Bulent Kilic)

Fin septembre, le directeur de l'AFP en Turquie Philippe Alfroy passe plusieurs jours à la frontière syrienne, à observer les combats qui, à quelques centaines de mètres, opposent les peshmergas à l'organisation Etat islamique pour la prise de Kobané, la troisième ville kurde de Syrie, et à interroger les civils qui fuient massivement l'avancée des jihadistes.

« Tous me débitent la même histoire », écrit-il. « Les égorgements, les viols, les villages détruits. Dans ce flot de paroles, je suis un peu noyé. Devant ces récits froids, presque cliniques, je m'interroge. Qui a vraiment vu quoi ? Lequel de ces témoins a aperçu le couteau d'un jihadiste en train de trancher une gorge ? Lequel d'entre eux se contente-t-il de relayer des histoires de seconde main ? Difficile à dire. »

« Les yeux dans les yeux, je ne m'accorde pas le droit de juger de la véracité de leur expérience. De ce qu'ils ont vu ou pas vu. Mais je peux témoigner de leur peur. Sans intermédiaire. »

Lire la suite...

« Traîtresse » en Turquie

mercredi 21 mai 2014 - Témoignages


Près de la mine de Soma, le 16 mai 2014 (AFP / Bülent Kilic)

« T'es une femme, dégage avant que je ne m'énerve ! »

Nous sommes à Soma, en Turquie, trois jours après un terrible accident qui a coûté la vie à 301 personnes dans une mine de charbon. Une ville traditionnelle, encerclée de petits villages, qui n'a jamais vu autant d'étrangers déferler. Cette menace est proférée par le fils d’un manifestant que la journaliste de l'AFP Ambre Tosunoglu a le malheur d’essayer d’interroger…

« Française d’origine turque, je suis tiraillée ici : d’un côté j’ai la chance de comprendre tout ce qui se passe et de pouvoir communiquer. Mais de l’autre je me prends de plein fouet toutes les critiques contre "les médias étrangers" qui dénigrent la Turquie… et contre le fait d’être une femme. »

(Photo: AFP / Bülent Kilic)


Lire la suite...

Poussée de fièvre en Turquie

jeudi 13 mars 2014 - Témoignages


Affrontements à Kadikoy, sur la rive anatolienne d'Istanbul, le 11 mars 2014 (AFP / Bulent Kilic)

« Au moindre problème, ça repart. Une crise chasse l’autre, la situation est très tendue » explique Philippe Alfroy, le chef du bureau de l’AFP à Istanbul. Cette semaine, c’est la mort d’un jeune de 15 ans, grièvement blessé par la police en juin et qui se trouvait depuis dans le coma, qui met le feu dans une trentaine de villes turques, dont Istanbul et la capitale, Ankara.

(Photo: AFP / Bulent Kilic)


Lire la suite...

A Istanbul, la faim des réfugiés syriens

mardi 5 novembre 2013 - Derrière l'image


Des réfugiés syriens se précipitent sur des épis de maïs distribués par une bénévole dans un parc d'Istanbul, le 3 novembre 2013 (AFP / Bülent Kilic)

Des enfants réfugiés syriens se bousculent pour s'emparer des épis de maïs offerts par une habitante du quartier dans un parc d'Istanbul, dimanche 3 novembre. Environ 150 malheureux s'entassent dans ce parc sans eau courante et sans sanitaires, vivant de la charité des Stambouliotes, raconte Bülent Kilic, l'auteur de cette image. Plus de 600.000 Syriens ayant fui la guerre dans leur pays se trouvent actuellement en Turquie, une situation de plus en plus problématique pour les autorités du pays.


Lire la suite...

Montagnes russes olympiques

lundi 16 septembre 2013 - Témoignages


Le président du CIO Jacques Rogge annonce que Tokyo a été choisie pour héberger les JO 2020 (photo: AFP / Fabrice Coffrini)

"Ils sont tous là, installés bien haut sur la tribune. Les princes héritiers. Les Premiers ministres. Les maires. Les présidents de ceci ou de cela. Les célébrités sportives les plus en vue du pays. Tokyo, Madrid, Istanbul. Trois villes candidates aux jeux Olympiques d’été de 2020. Trois camps remplis d’espoirs et de tension. Chacun sait que ce soir-là, à Buenos Aires, il n’a qu’une chance sur trois de repartir ivre de joie. Et deux chances sur trois de rentrer à la maison avec, dans la bouche, le goût amer de l’échec, la sensation d’avoir accompli des années d’efforts pour rien..."

Vincent Amalvy, le chef du département sports de l'AFP, revient sur la désignation de Tokyo comme organisatrice des jeux Olympiques 2020, le 7 septembre à Buenos Aires.

Lire la suite...

Turquie: la diplomatie à cent à l'heure

mardi 11 décembre 2012 - Débriefings


Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) et le président somalien Sheik Sharif Sheik Ahmed à Mogadiscio (photo: AFP / AU-UNIST / Stuart Price)

Ils sont comme ça les dirigeants turcs issus de l'islam politique: une diplomatie agressive, hyperactive, tête brûlée, voire brouillonne et qui donne un peu le tournis. On pousse des portes, on se rend sur place, tous les jours: à Benghazi en pleine révolution libyenne, en Somalie en pleine guerre civile, en Egypte sitôt après la chute de Moubarak... Surnommé "George Clooney" par certains en raison de son regard charmeur et de son perpétuel sourire, le président Abdullah Gül, un islamiste pas si modéré que ça, s'est entouré de jeunes conseillers accessibles, compétents, anglophones et dynamiques. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan mène une politique étrangère à cent à l'heure (sur l'image: lors d'une visite à Mogadiscio en août 2011). Mais pour combien de kilomètres parcourus?

Michel Sailhan a dirigé les bureaux de l’AFP en Turquie de mars 2009 à août 2012. Il raconte son expérience et sa perception des bouillonnantes personnalités politiques de ce grand pays musulman, à la charnière de l’Europe et du Moyen Orient.

Lire la suite...