Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Territoires palestiniens

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 12 mars 2015

Sous Gaza, dans les tunnels du Jihad islamique

Un militant des brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, s'entraîne dans un tunnel sous la bande de Gaza le 3 mars 2015 (AFP / Mahmud Hams)
Un militant des brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, s'entraîne dans un tunnel sous la bande de Gaza le 3 mars 2015 (AFP / Mahmud Hams)

(AFP / Mahmud Hams)


« Des tunnels , à Gaza, nous en avons déjà visité, photographié ou filmé des dizaines de fois », racontent Mahmoud Hams et Yahya Hassouna, journalistes basés dans l'enclave palestinienne. « Mais jusqu'ici nous n'avions pu descendre que dans les galeries reliant Gaza à l'Egypte voisine pour y voir des marchandises transiter. Aujourd'hui, pour la première fois, nous ne descendons plus dans les souterrains des contrebandiers mais dans les "tunnels de la résistance". Nous allons pénétrer dans les entrailles de Gaza pour y voir les combattants qui s’y terrent. Ceux-là même qui pendant toute la guerre de l'été dernier étaient devenus invisibles. »


Lire la suite

mardi 3 mars 2015

Dans le camp de jeunesse du Hamas

Un jeune Palestinien rampe dans un tunnel pendant une cérémonie de fin de stage dans un camp du Hamas, le 29 janvier 2015 (AFP / Said Khatib)
Un jeune Palestinien rampe dans un tunnel pendant une cérémonie de fin de stage dans un camp du Hamas, le 29 janvier 2015 (AFP / Said Khatib)

(AFP / Said Khatib)


Depuis qu’il a pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza en 2007, le parti islamiste Hamas organise chaque année pour les jeunes de 15 à 21 ans des « camps d’été » où il leur dispense un enseignement religieux et les forme à « la résistance » à Israël. Fin janvier, six mois après la guerre d'une semaine qui a transformé des parties entières de l'enclave en champs de ruines, un nombre record de 17.000 jeunes participent à un stage d’une semaine, encadré pour la première fois par les combattants de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam. La journaliste de l'AFP à Gaza Mai Yaghi a pu assister à la cérémonie finale, au cours de laquelle les « stagiaires » exhibent leurs prouesses devant leurs parents.

« Les jeunes recrues sont catégoriques : lors du prochain conflit, dont personne ici ne doute qu’il se produira, elles seront prêtes pour le combat », écrit-elle.

(Photo: AFP / Said Khatib)


Lire la suite

mardi 13 janvier 2015

« Hunger Games » sur une terre tourmentée

Un contrebandier transporte des commandes de Kentucky Fried Chicken à travers un tunnel entre l'Egypte et la Bande de Gaza, en mai 2013 (AFP)
Un contrebandier transporte des commandes de Kentucky Fried Chicken à travers un tunnel entre l'Egypte et la Bande de Gaza, en mai 2013 (AFP)

« Même si l'on raffole des aubergines, est-ce une raison pour en manger à tous les repas, déclinées à l'infini, en purée ou entières, farcies, grillées ou gratinées, marinées ou nature?  Telle est la question que je me posais au moment de rejoindre mon poste de journaliste en charge des Territoires palestiniens, basé à Jérusalem, à la fin mai 2010 », écrit Selim Saheb Ettaba, qui a récemment quitté le bureau de l'AFP à Jérusalem pour Dakar.

Comme les aubergines dans la légende de Nasreddine, servies à toutes les sauces au redoutable Timour Lang,  le conflit israélo-palestinien constitue le plat de résistance quotidien du reporter basé à Jérusalem. « Couvrir cette actualité souvent sanglante pendant plus de quatre an exige à la fois un estomac bien accroché et une imagination fertile pour ne pas se laisser envahir par la lassitude ou la frustration et capter l'attention d'une opinion publique internationale gavée par l'hypermédiatisation. »

(Photo : AFP)


Lire la suite

jeudi 1 janvier 2015

Quand la grâce émerge du chaos

(c) AFP - 2015
(c) AFP - 2015

(AFP)


Quand la grâce émerge du chaos


Pour terminer une année 2014 marquée par les guerres, les massacres, les épidémies et autres tragédies, les photographes de l’AFP ont raconté chaque jour, du 24 au 31 décembre, l’histoire d’une image belle, ou porteuse d'espoir, prise dans le contexte d’un événement dramatique. Voici l'ensemble de leurs textes.

Merci de votre fidélité, heureuse année 2015 à tous, et à très bientôt sur notre site !


Lire la suite

lundi 29 décembre 2014

Jour de plage à Gaza

Un Palestinien joue avec son enfant sur la plage de Gaza, le 7 septembre 2014 (AFP / Mahmud Hams)
Un Palestinien joue avec son enfant sur la plage de Gaza, le 7 septembre 2014 (AFP / Mahmud Hams)

(AFP / Mahmud Hams)


Pour terminer une année 2014 marquée par les guerres, les massacres, les épidémies et autres tragédies, les photographes de l’AFP racontent chaque jour, jusqu’au 31 décembre, l’histoire d’une image belle, ou porteuse d'espoir, prise dans le contexte d’un événement dramatique.

« Je viens de passer mon été à photographier la dernière guerre à Gaza », raconte le photographe de l'AFP Mahmoud Hams. « Cinquante jours de clichés d'enfants pris dans des décombres. De parents en pleurs auprès de petits corps inanimés. La mort. Les destructions. Les enterrements d'hommes, de femmes, d'enfants, parfois tout petits. »

« Et soudain, là, sur la plage même où un missile israélien fauchait deux mois plus tôt sous les yeux effarés de la presse internationale quatre enfants qui jouaient au ballon, je vois l'image même du bonheur: un père heureux qui lance dans les airs un enfant qui rit. Dix jours après la fin de la guerre qui a tué près de 2.200 Palestiniens, je comprends que ça y est, ce que j'ai devant les yeux, c'est la paix, le calme.»


Lire la suite

lundi 29 septembre 2014

La mort à l’écran : éditer les images d’horreur

Une éditrice au travail au desk photo de l'AFP pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Nicosie, le 26 septembre 2014 (AFP / Florian Choblet)
Une éditrice au travail au desk photo de l'AFP pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Nicosie, le 26 septembre 2014 (AFP / Florian Choblet)

(AFP / Florian Choblet)


« La détresse de l’éditeur est différente de celle du reporter de guerre. Le second est sur le terrain, il est soumis au risque, aux poussées d’adrénaline et voit l’horreur dans toute sa réalité. Le premier regagne son foyer tous les soirs et doit concilier sa vie de famille avec les réminiscences des images insoutenables qu’il a vu défiler sur son écran toute la journée durant, sans que personne ne puisse vraiment comprendre ce qu’il ressent. »

Au quartier général de l'AFP pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, à Nicosie, les éditeurs photo et vidéo sont chargés d'examiner attentivement les images en provenance de Syrie, d’Irak, de Gaza, de Libye et d’autres points chauds de la région. Corps mutilés, enfants blessés hurlant de douleur, décapitations d'otages: une grande partie de ce matériel ultra-violent, impropre à la publication selon les critères de l’AFP, part à la poubelle. Mais non sans avoir infligé des chocs à répétition aux journalistes qui l’ont visionné.


Lire la suite

lundi 15 septembre 2014

Rentrée des classes à Gaza

Une salle de classe endommagée dans une école publique du quartier de Shejaiya à Gaza, le 14 septembre 2014 (AFP / Mahmud Hams)
Une salle de classe endommagée dans une école publique du quartier de Shejaiya à Gaza, le 14 septembre 2014 (AFP / Mahmud Hams)

(AFP / Mahmud Hams)


« Des photos d'enfants retrouvant le chemin de l'école à Gaza, j'en ai fait des centaines », raconte Mahoud Hams, photographe de l'AFP à Gaza. « Mais celles que j'ai prises cette année, je ne les oublierai jamais. Sur les visages des enfants, au lieu de lire la joie de retrouver leurs camarades, l'enthousiasme de ceux qui entament une nouvelle année scolaire, on ne lit bien souvent que l'angoisse et les mauvais souvenirs.»


Lire la suite

mardi 26 août 2014

L’aéroport de Gaza ou le rêve en ruines

Un enfant cueille des fleurs dans l'ancien aéroport de Gaza, le 18 août 2014 (AFP / Thomas Coex)
Un enfant cueille des fleurs dans l'ancien aéroport de Gaza, le 18 août 2014 (AFP / Thomas Coex)

(AFP / Thomas Coex)


L'aéroport international de Gaza était un peu l'accomplissement d'un rêve pour les Palestiniens, une porte ouverte sur le monde en même temps qu'un puissant symbole de souveraineté. Ouvert en décembre 1998, alors que tous les espoirs de paix semblaient permis au Proche-Orient, il restera à peine deux ans en activité, et finira détruit par une série de raids israéliens. Le photographe de l'AFP Thomas Coex, qui avait pris des images de l'aéroport il y a quatorze ans, est retourné sur place en pleine guerre entre Israël et le Hamas.

(Photo: AFP / Thomas Coex)


Lire la suite

vendredi 1 août 2014

A Gaza, au milieu des enfants de la guerre

000_Nic6350004_m.jpg
000_Nic6350004_m.jpg

(AFP / Marco Longari)


Sara Hussein, journaliste de l’AFP au Moyen-Orient, a récemment terminé une mission de 13 jours à Gaza, où plus de 1.500 Palestiniens ont été tués, dont plus de 240 enfants, selon l’Unicef.



Lire la suite

jeudi 20 décembre 2012

La guerre, dans l'intimité

Un homme portant ses courses court pour se mettre à l'abri des tirs dans une rue d'Alep, le 14 septembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)
Un homme portant ses courses court pour se mettre à l'abri des tirs dans une rue d'Alep, le 14 septembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)

(AFP / Marco Longari)


A Alep , un homme court, ses sacs de courses dans les mains, pour traverser une rue sous les balles d'un tireur embusqué de l'armée syrienne. «Que ce soit en Syrie, en Egypte ou à Gaza, je m’attache toujours, en plus de la couverture des violences proprement dites, à photographier des "instants privés", des scènes qui symbolisent la vie quotidienne des gens ordinaires dans un pays en proie à la guerre ou aux émeutes», explique l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP basé à Jérusalem Marco Longari.

Le magazine américain Time lui a décerné, le 20 décembre, le prix du «meilleur photographe d'agence» de l'année 2012.


Lire la suite

mardi 27 novembre 2012

Tweeter la guerre

Raid israélien sur Gaza le 21 novembre 2012 (photo: AFP / Said Khatib)
Raid israélien sur Gaza le 21 novembre 2012 (photo: AFP / Said Khatib)

(AFP / Said Khatib)

Envoyée à Gaza pour couvrir les huit jours d'affrontements entre Israël et les groupes armés palestiniens, la correspondante de l'AFP à Jérusalem Sara Hussein a décidé, dès le début du conflit, de raconter en direct sur Twitter les événements dont elle était le témoin.

«J’ai ainsi pu "faire sentir l’histoire" au public d’une façon très personnelle, qui n’avait sans doute pas sa place dans une dépêche, en rapportant minute par minute les chutes d’obus tirés sur Gaza par la marine israélienne, les frappes aériennes, et en racontant ce que c’est que d’être réveillée en sursaut au milieu de la nuit par les explosions toutes proches», raconte-t-elle.


Lire la suite

vendredi 23 novembre 2012

Gaza : « dois-je filmer ou pas ? »

Du sang s'écoule sous la porte de la morgue de l'hôpital al-Shifa de Gaza, le 20 novembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)
Du sang s'écoule sous la porte de la morgue de l'hôpital al-Shifa de Gaza, le 20 novembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)

(AFP / Marco Longari)


«Couvrir un conflit comme celui qui vient de faire rage pendant huit jours dans la bande de Gaza confronte le journaliste à la vision atroce de dizaines de cadavres d’adultes ou d’enfants, souvent exhibés par leur proches dans une atmosphère dantesque», explique Guillaume Bonnet, reporter vidéo de l’AFP envoyé spécial dans l’enclave palestinienne. Dès lors, quelle est la bonne attitude pour le reporter ?

Lire la suite