Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Suède

Fil des billets

mardi 24 novembre 2015

De Gaza à la Suède, une histoire de violence

Croyant à un déguisement de Halloween, des élèves posent avec le tueur de Trollhättan peu avant qu'il ne sème la terreur dans leur école, le 22 octobre 2015 (AFP)
Croyant à un déguisement de Halloween, des élèves posent avec le tueur de Trollhättan peu avant qu'il ne sème la terreur dans leur école, le 22 octobre 2015 (AFP)

(AFP)


« Je réalise pleinement que j’ai changé de monde le jour où je pars couvrir l'attaque d'une école sans me faire le moindre souci pour ma fille. »

Originaire de la bande de Gaza, la journaliste de l’AFP Mai Yaghi se trouve en congé sabbatique en Suède, où elle aide sa fille à se remettre des traumatismes de la dernière guerre, quand elle reçoit le 22 octobre un message du directeur du bureau de l’agence à Stockholm. Il lui demander si elle peut aller couvrir de toute urgence une attaque contre une école qui vient de se produire à Trollhättan, dans le sud-ouest du pays, pas très loin de là où elle se trouve. Elle accepte. Et réalise les points communs et les différences entre la violence dans sa Palestine natale et dans la Suède qu'elle croyait paisible.


Lire la suite

mardi 20 octobre 2015

Prix Nobel de l'angoisse

La secrétaire permanente de l'Académie suédoise Sara Danius dévoile le nom de la lauréate du prix Nobel de littérature, le 8 octobre 2015 à Stockholm (AFP / Jonathan Nackstrand)
La secrétaire permanente de l'Académie suédoise Sara Danius dévoile le nom de la lauréate du prix Nobel de littérature, le 8 octobre 2015 à Stockholm (AFP / Jonathan Nackstrand)

(AFP / Jonathan Nackstrand)


« Couvrir le rituel annuel de l’annonce des prix Nobel, c’est un peu comme passer un examen scolaire majeur », écrit la journaliste de l'AFP à Stockholm Pia Ohlin.

« A une nuance près : vous n’avez jamais étudié la matière sur laquelle vous allez être interrogé ».


Lire la suite

mercredi 1 avril 2015

Dans la ville que la mine avale

Des engins dans la mine de Kirunavaara (AFP / Hugues Honoré)
Des engins dans la mine de Kirunavaara (AFP / Hugues Honoré)

(AFP / Hugues Honoré)


« Dix-huit mille habitants, plus d’un siècle d'extraction minière dans le nord du pays et une réputation pas franchement joyeuse: c'est la description de la ville où j'ai grandi en France », écrit Hugues Honoré, journaliste au bureau de l'AFP à Stockholm. « C'est aussi celle de Kiruna, en Laponie suédoise. Parti en reportage dans le Grand Nord, entre forêt boréale, espaces vierges parcourus par les troupeaux de rennes et hiver interminable, je vais vite me rendre compte que l'endroit n'a pas grand-chose à voir avec les derniers puits de charbon de "mon" bassin minier que j’ai connus enfant ».

Kiruna, à 145 km au nord du cercle polaire, héberge la plus grande mine de fer souterraine du monde, qui assure 90% de la production européenne. On y extrait du minerai à 1.175 mètres de profondeur, bientôt à 1.365 mètres. Mais à mesure que la compagnie minière LKAB creuse pour exploiter une veine de quatre kilomètres de large qui s’enfonce vers le centre de la terre, le terrain au-dessus devient instable. La ville entière va devoir déménager pour ne pas être avalée par la mine...

(Photo: AFP / Hugues Honoré)


Lire la suite

vendredi 3 octobre 2014

Sartre 1964, le scoop oublié

L'écrivain Jean-Paul Sartre s'léoigne en voiture du restaurant 'L'Oriental', place Denfert-Rochereau, où il déjeunait, le jour où le prix Nobel de littérature lui était attribué (AFP)
L'écrivain Jean-Paul Sartre s'léoigne en voiture du restaurant 'L'Oriental', place Denfert-Rochereau, où il déjeunait, le jour où le prix Nobel de littérature lui était attribué (AFP)

(AFP)


Le 22 octobre 1964, Jean-Paul Sartre refuse le prix Nobel de littérature qui vient de lui être attribué. C'est un tout jeune journaliste de l'AFP, François de Closets, qui décroche le scoop en tombant sur l'écrivain dans un restaurant parisien, où il déguste un petit salé aux lentilles en compagnie de Simone de Beauvoir. Un souvenir légèrement angoissant...



Lire la suite

vendredi 30 novembre 2012

Dans les plus beaux métros d’Europe

La station Toledo du Métro de Naples (photo: AFP / Mario Laporta)
La station Toledo du Métro de Naples (photo: AFP / Mario Laporta)

(AFP / Mario Laporta)


Comme la plupart des journalistes de l'AFP basés à Paris, Sylvain Estibal, responsable de la photo pour l'Europe et l'Afrique, prend le métro chaque matin pour aller travailler. "C’est uniforme, sale et déprimant", dit-il. "Les lumières sont particulièrement dures. Les seules couleurs proviennent des affiches publicitaires. En voyageant, je me suis dit que dans d’autres pays du monde, les gens doivent certainement prendre plus de plaisir à emprunter les transports en commun".

C'est le point de départ de cette série de photos des métros les plus somptueux du vieux continent (sur l'image: celui de Naples, en Italie).


Lire la suite

mardi 16 octobre 2012

La ruée sur le Nobel

Statue d'Alfred Nobel à l'Institut Karolinska de Stockholm (photo: AFP / Olivier Morin)
Statue d'Alfred Nobel à l'Institut Karolinska de Stockholm (photo: AFP / Olivier Morin)

(AFP / Olivier Morin)


En signant son testament, Alfred Nobel s'imaginait-il la somme de travail qu'il allait donner aux journalistes? Pas sûr. Aux bureaux de l'AFP de Stockholm d'Oslo, les six prix Nobel sont plus qu'un marronnier: c'est la grande affaire de l'année. Elle obéit à un rituel aussi curieux qu'immuable. Personnage central: le messager de l'Académie royale des sciences, qui amène au bureau un paquet de communiqués annonçant le lauréat et surveille que les journalistes ne divulguent pas son nom avant l'heure officielle. Au signal de l'académie, donné par téléphone: GO ! C'est parti pour expliquer au grand public, à toute vitesse, ce que sont les récepteurs couplés aux protéines G ou encore les particules quantiques individuelles. Hugues Honoré, journaliste fraîchement arrivé au bureau de Stockholm, raconte son baptême du feu.

(Photo: AFP / Olivier Morin)

Lire la suite