Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Royaume-Uni

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 21 avril 2015

Sur l’improbable Sainte-Hélène

Statue de Napoléon dans l'hôtel Consulate de Jamestown, le 10 mars 2015 (AFP / Jean Liou)
Statue de Napoléon dans l'hôtel Consulate de Jamestown, le 10 mars 2015 (AFP / Jean Liou)

(Photo: AFP / Jean Liou)


« J’ai l’impression d'être vraiment privilégié en ce petit matin où après cinq jours de mer, Sainte-Hélène apparaît enfin », écrit Jean Liou, envoyé spécial de l'AFP sur l'île perdue dans l'Atlantique Sud où Napoléon passa ses derniers jours. « Voilà des années que je rêve de me rendre sur cette île du bout du monde. Dans quelques mois, elle sera dotée d’un aéroport et cessera, du coup, d’être l'un des derniers territoires de la planète auquel on ne peut accéder qu'en bateau. Mais en attendant, Sainte-Hélène sait encore se faire désirer. La traversée depuis Le Cap, d’une lenteur surréaliste dans notre monde d’immédiateté, y contribue beaucoup ».


Lire la suite

mardi 24 mars 2015

Surfeurs de rivière

Un surfeur sur le mascaret de la rivière Severn, dans le Gloucestershire, le 21 mars 2015 (AFP / Geoff Caddick)
Un surfeur sur le mascaret de la rivière Severn, dans le Gloucestershire, le 21 mars 2015 (AFP / Geoff Caddick)

(AFP / Geoff Caddick)


« Bien avant l’arrivée de la vague, les surfeurs sont déjà prêts », raconte Geoff Caddick, photographe indépendant basé dans le sud du Pays de Galles. « La rivière Severn, à la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre, est mondialement réputée pour son mascaret, un phénomène rare et spectaculaire qui se produit quand la marée montante forme une vague qui remonte le courant sur plusieurs dizaines de kilomètres. Et ce 21 mars, je pars couvrir ce qui s’annonce comme un "mascaret cinq étoiles": le rare alignement de la terre, de la lune et du soleil au moment-même de l’équinoxe de printemps va exercer une force de gravité exceptionnelle. Ce phénomène va augmenter l’intensité des "grandes marées" que l’on observe déjà habituellement à pareille époque. C'est cette vague que les surfeurs sont venus affronter ».


Lire la suite

mardi 16 décembre 2014

« Le truc le plus dégueulasse qui soit »

L'égoutier Tim Henderson au travail dans les profondeurs de Londres, le 11 décembre 2014 (AFP / Adrian Dennis)
L'égoutier Tim Henderson au travail dans les profondeurs de Londres, le 11 décembre 2014 (AFP / Adrian Dennis)

(AFP / Adrian Dennis)


« Je me faufile dans le trou au milieu de la chaussée à Whitehall Place en direction des profondeurs, le long de l’échelle métallique. Arrivé aux derniers échelons, à sept mètres sous la surface du sol, je suis pris d’appréhension au moment de plonger ma botte dans la gadoue et de lâcher l’échelle. "Mais qu’est-ce que je suis en train de faire!", me dis-je alors que je m’enfonce lentement dans un « porridge » dégoûtant qui m’arrive jusqu’à la taille, "cet égout est rempli de merde!" Mon accompagnateur, le technicien des services d’assainissement Tim Henderson, semble lire dans mes pensées. "Bienvenue en enfer !" murmure-t-il.»

Le photographe Adrian Dennis raconte sa plongée dans les égouts de Londres à la recherche des immondes « fatbergs », ces blogs de graisse de cuisine mêlée de préservatifs et de lingettes usagées qui bouchent les canalisations et coûtent une fortune à désintégrer.


Lire la suite

lundi 8 décembre 2014

Boxeurs en col blanc

Jason 'Cheddy' Cherot (à droite) se mesure à Youssef Traoré pendant le 'Brawl at the Hall', le 13 novembre 2014 à Londres (AFP / Adrian Dennis)
Jason 'Cheddy' Cherot (à droite) se mesure à Youssef Traoré pendant le 'Brawl at the Hall', le 13 novembre 2014 à Londres (AFP / Adrian Dennis)

(AFP / Adrian Dennis)


Le photojournaliste de l'AFP Adrian Dennis part à la rencontre des employés de la City de Londres qui, le soir venu, se rendent dans l'East End et troquent leur costume-cravate pour des gants de boxe.

« Le vrai sport amateur est rafraîchissant, et sacrément moins cher que le sport pro », raconte-t-il. Au tournoi The Brawl at the Hall (littéralement: la bagarre dans la salle) « les combattants sont des avocats, des banquiers, des consultants en technologies de l’information, des traders. Leurs gabarits sont très différents, mais tous ont un point commun : ils sont un peu mous au niveau de la ceinture. Cela ne les empêche pas de se donner à fond, avec courage. »


Lire la suite

mercredi 3 décembre 2014

Sens dessus dessous chez Victoria’s Secret

La Néerlandaise Doetzen Kroes pendant le défilé Victoria's Secret 2014 à Londres (AFP / Leon Neal)
La Néerlandaise Doetzen Kroes pendant le défilé Victoria's Secret 2014 à Londres (AFP / Leon Neal)

(AFP / Leon Neal)


« Pour quelque obscure raison, les images de top-modèles en petite tenue sont très appréciées des clients de l’AFP », écrit le photographe Leon Neal, basé à Londres. « Et cette année, j'ai reçu mon cadeau de Noël avec quelques semaines d'avance: c'est moi qui suis chargé de couvrir le défilé de la célèbre marque de lingerie féminine Victoria's Secret. »

«Seulement voilà: ce défilé est un des événements qui, chaque année, génère le plus grand nombre de téléchargements sur notre plateforme de vente de photos. Et ces derniers jours, une avalanche de mails et de coups de téléphone venus de très haut dans la chaîne de commandement de l’AFP est venue me rappeler que je n’ai pas droit à l’erreur... »

(Photo : AFP / Leon Neal)


Lire la suite

vendredi 19 septembre 2014

Retour vers le futur en Ecosse

La Saltire, le drapeau écossais, flotte au-dessus de l'Union Jack à la frontière anglo-écossaise, le 17 août 2014 (AFP / Andy Buchanan)
La Saltire, le drapeau écossais, flotte au-dessus de l'Union Jack à la frontière anglo-écossaise, le 17 août 2014 (AFP / Andy Buchanan)

(AFP / Andy Buchanan)


De Québec à Edimbourg en passant par Juba: au cours de sa vie, le journaliste québécois Guillaume Lavallée a vécu trois référendums d'autodétermination. Actuellement correspondant de l'AFP à Islamabad, au Pakistan, il s'est rendu en Ecosse pendant son temps libre pour assister à la dernière semaine de campagne ainsi qu'au vote du 18 septembre, au cours duquel les Ecossais se sont prononcés pour leur maintien dans le Royaume-Uni.

« Pour ceux qui ont déjà un pays, la quête d'indépendance d'une nation témoigne souvent d'un repli identitaire, de surcroît en cette ère de mondialisation », écrit-il dans cette réflexion. « Mais pour ceux qui ont le sentiment de ne pas ou plus appartenir à un pays, cette quête répond souvent d'un désir d'affirmation, d'une volonté de prendre en charge son destin pour justement exister, de porter une voix, la leur, dans cette mondialisation. Deux regards, un mot: nationalisme.»


Lire la suite

jeudi 18 septembre 2014

Ecosse : le « best of » de la campagne

V001_MMV668799_TFR_JPEG.jpg
V001_MMV668799_TFR_JPEG.jpg

(AFPTV)


De Glasgow à Edimbourg, les électeurs affluaient jeudi 18 septembre dans les bureaux de vote pour prendre part au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, un scrutin historique qui pourrait conduire à l'éclatement du Royaume-Uni et à la formation d'un nouveau pays en Europe. Best of des images de campagne tournées par les équipes vidéo de l'AFPTV.


Lire la suite

vendredi 4 octobre 2013

Un bon ragoût de blaireau écrasé

Ragoût de blaireau et de putois écrasés (AFP / Katherine Haddon)
Ragoût de blaireau et de putois écrasés (AFP / Katherine Haddon)

(AFP / Katherine Haddon)


« Pourrais-tu interviewer un homme qui mange des animaux écrasés sur la route ? »

Voilà une demande qu'on n'entend pas tous les jours dans la salle de rédaction du bureau de l'AFP à Londres. Mais un reporter doit être prêt à tout. Voici donc la journaliste de télévision Helen Percival partie pour un village reculé des Cornouailles afin d'y rencontrer Arthur Boyt, expert en ragoût de blaireau, hérisson rôti et autre putois braisé, qui fait son marché sur le macadam... Le tout dans le cadre d'un dossier multimédia sur les habitudes alimentaires extrêmes à travers le monde.

(Photo: AFP / Katherine Haddon)


Lire la suite

vendredi 23 août 2013

Survivre à la « Silly Season »

Le tricycle offert par le maire de Londres au Royal Baby (photo: AFP / Mairie de Londres)
Le tricycle offert par le maire de Londres au Royal Baby (photo: AFP / Mairie de Londres)

(AFP / Mairie de Londres)


En Grande-Bretagne, cela s’appelle la «Silly Season», la «Saison idiote»: la période qui s'étend de la mi-juillet à début septembre au cours de laquelle l'actualité s'endort. Dans les salles de rédaction s’installe alors une curieuse sensation de vide. Privés de leurs sujets de prédilection, les journalistes ne tardent pas à chercher par tous moyens comment combler cet insupportable manque d’informations croustillantes. «Traverser la «Silly Season» consiste à graviter au sein d’une mixture bizarre de sujets loufoques ou d’intérêt douteux qu’il ne nous viendrait même pas à l’idée de traiter le reste de l’année», écrit Nick Morrisson, journaliste au bureau de l'AFP à Londres.

En la matière, 2013 aura été un excellent millésime.


Lire la suite