Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Mexique

Fil des billets

jeudi 7 janvier 2016

La tragédie des réfugiés, vue par les journalistes de l'AFP

Une fillette pleure avec son biberon à la main en arrivant à Lesbos, fin octobre. (AFP/Aris Messinis)
Une fillette pleure avec son biberon à la main en arrivant à Lesbos, fin octobre. (AFP/Aris Messinis)

(AFP /Aris Messinis)


Notre blog Making-of et son équivalent anglais, Correspondent, publient régulièrement des articles sur les crises migratoires dans le monde. Ces textes donnent au public un aperçu de la relation souvent très spéciale qui peut se nouer entre un journaliste et les réfugiés dont il est chargé de couvrir le périple. De la Grèce à la Birmanie, du Mexique au Sahel, voici une compilation de tout ce que nous avons publié sur le sujet depuis plus d'un an.


Lire la suite

vendredi 30 octobre 2015

Torero, journaliste et quasi-centenaire

Don Neto (au centre) et le célèbre torero Manolete (à gauche) à Mexico dans les années 1940 (AFP)
Don Neto (au centre) et le célèbre torero Manolete (à gauche) à Mexico dans les années 1940 (AFP)

 


Il existe à l’AFP un journaliste de 97 ans qui a revêtu l’habit de lumière et foulé la piste d’une arène pour affronter un taureau. Il est Mexicain et s’appelle Ernesto Navarrete y Salazar, surnommé « Don Neto ». Un surnom de légende pour un homme au parcours exceptionnel qui a observé beaucoup de taureaux dans sa vie, mais aussi vécu sous vingt-et-un présidents mexicains, dix-sept présidents des Etats-Unis et, accessoirement, quatorze directeurs du bureau de l’AFP à Mexico.

Don Neto est de loin le plus vieux journaliste de l’AFP en activité, et sans doute également le plus vieux journaliste au monde.


Lire la suite

jeudi 22 octobre 2015

Trois jours sur les traces d' « El Chapo »

Une image de La Santa Muerte, divinité païenne que révèrent les criminels au Mexique, traîne près d'une voiture calcinée dans le ranch d'El Aguila, dans l'Etat de Durango, le 18 octobre 2015 (AFP / Ronaldo Schemidt)
Une image de La Santa Muerte, divinité païenne que révèrent les criminels au Mexique, traîne près d'une voiture calcinée dans le ranch d'El Aguila, dans l'Etat de Durango, le 18 octobre 2015 (AFP / Ronaldo Schemidt)

(AFP / Ronaldo Schemidt)


« Le soleil s’acharne depuis quelques heures sur notre Jeep aux vitres baissées », écrit la reporter vidéo de l'AFP au Mexique Daphné Lemelin. « À l'affût du moindre son étranger au pacifique paysage des montagnes du "Triangle d’or" de la drogue mexicaine, nous parcourons peu de kilomètres mais traversons mille embûches. La boue, les pentes abruptes, les immenses trous sur la « route » montagneuse nous soumettent à rude épreuve depuis déjà plus de trois heures. »

«  Nous nous aventurons dans cette région isolée et désolée de l’Etat de Durango car c’est ici que, selon des habitants, des hélicoptères de la Marine mexicaine auraient tiré sur des fermes et des véhicules civils le 6 octobre. Cette « bavure » se serait déroulée pendant une opération visant à mettre la main sur Joaquín Guzmán, alias "El Chapo", le puissant baron de la drogue en cavale depuis juillet dernier. Les autorités ont confirmé le raid, mais ont démenti avoir attaqué la population. »


Lire la suite

lundi 10 août 2015

Flirter avec un Volcan de Feu

Eruption du Volcan de Fuego, au Mexique, le 12 juillet 2015 (AFP / Héctor Guerrero)
Eruption du Volcan de Fuego, au Mexique, le 12 juillet 2015 (AFP / Héctor Guerrero)

(AFP / Héctor Guerrero)


En 2002, le photographe mexicain Héctor Guerrero commence sa carrière à l'AFP en vendant à l'agence des photos de l'éruption du Volcán de Fuego, dans l'Etat de Colima. « Tout au long de ces treize ans, je suis revenu à plusieurs reprises au pied du volcan en espérant immortaliser une nouvelle fois une de ses spectaculaires colères , écrit-il. « J’ai passé des journées et des nuits à guetter des éruptions qui, par malchance, ne se sont jamais produites au bon moment ».

« Mais en ce samedi 11 juillet, enfin, ma chance tourne ».


Lire la suite

mardi 28 juillet 2015

Le train broyeur de rêves

Un jeune migrant court pour monter à bord d’un train dans la région de Chacamax, dans l’état du Chiapas, au Mexique le 21 juin, 2015 (AFP PHOTO/ALFREDO ESTRELLA) Un jeune migrant court pour monter à bord d’un train dans la région de Chacamax, dans l’état du Chiapas, au Mexique le 21 juin, 2015 (AFP PHOTO/ALFREDO ESTRELLA)

(AFP Photo / Alfredo Estrella)

"Il fait 35 degrés, un taux d’humidité frôlant les 100%. Nous pourchassons «La Bestia » (La Bête), qui gronde depuis la frontière sud du Mexique vers les États-Unis," écrit Daphné Lemelin. "L'histoire de la migration est intimement liée à ce train de marchandise sur le dos duquel des centaines de milliers de migrants poursuivent leur rêve d’atteindre les États-Unis. Et sur lequel beaucoup sont attaqués, volés, mutilés, tués."

Lire la suite

jeudi 30 octobre 2014

Une histoire d'activisme, de drogue et de mort

Manifestation des proches des 43 étudiants à Tixttla, le 21 octobre 2014 (AFP / Eduardo Guerrero)
Manifestation des proches des 43 étudiants à Tixttla, le 21 octobre 2014 (AFP / Eduardo Guerrero)

(AFP / Eduardo Guerrero)


Une école normale d'instituteurs réputée pour son activisme de gauche, un couple corrompu qui terrorise une ville de 140.000 habitants avec l'aide d'une police municipale directement payée par un cartel de narcotrafiquants; des enlèvements, tortures et assassinats par dizaines, le tout dans le silence et dans une des régions les plus pauvres du Mexique : c'est le contexte de l'affaire des 43 étudiants disparus depuis le 26 septembre, expliqué par la correspondante de l'AFP à Mexico Leticia Pineda.

(Photo: AFP / Eduardo Guerrero)


Lire la suite

mercredi 22 octobre 2014

Les cris des suppliciés, les rires des bourreaux

Le quartier des corps non identifiés du cimetière d'Iguala, le 12 octobre 2014 (AFP / Yuri Cortez)
Le quartier des corps non identifiés du cimetière d'Iguala, le 12 octobre 2014 (AFP / Yuri Cortez)

(AFP / Yuri Cortez)


A la tombée du jour, les cimes et les coteaux luxuriants du Cerro Gordo se muent en kaléidoscope. Mais la beauté imposante de cette montagne du sud du Mexique est trompeuse, car sous son sol se cache l'horreur. « Le Cerro Gordo est un cimetière de cadavres sans nom », écrit le photographe de l'AFP Yuri Cortez, qui s'est rendu sur place en octobre après la disparition mystérieuse de 43 étudiants dans la région. « Le charnier géant où reposent des dizaines, ou plus probablement des centaines de disparus recherchés avec angoisse par leurs familles, parfois depuis des années, victimes d'une violence cauchemardesque liée au narcotrafic ».

(Photo: AFP / Yuri Cortez)


Lire la suite