Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Jeux Olympiques

Fil des billets

mercredi 25 septembre 2013

Le doigt de la tricherie, 25 ans après

Ben Johnson au Stade olympique de Séoul, le 24 septembre 1988 et le 24 septembre 2013 (AFP / Romeo Gacad / Kim Doo-Ho)
Ben Johnson au Stade olympique de Séoul, le 24 septembre 1988 et le 24 septembre 2013 (AFP / Romeo Gacad / Kim Doo-Ho)

(AFP / Nom du photographe)


Vingt-cinq ans jour pour jour séparent ces deux images. Le 24 septembre 1988, le Canadien Ben Johnson s'impose face à l'Américain Carl Lewis dans la finale du 100 mètres des jeux Olympiques de Séoul et bat le record du monde avec un incroyable temps de 9'79. Contrôlé positif aux stéroïdes anabolisants, il devra rendre sa médaille trois jours plus tard. "Je pensais avoir capturé le moment le plus incroyable de la vie de Ben Johnson", raconte le photographe de l'AFP Romeo Gacad. "Mais en fait, cette image est devenue un symbole de la tricherie".

Le 24 septembre 2013, Ben Johnson effectue le même geste de victoire au même endroit. Mais cette fois pour dénoncer le dopage dans l'athlétisme, un fléau dont il demeure, depuis ces jeux de Séoul, un des symboles...

(Photos: AFP / Romeo Gacad / Kim Doo-Ho)


Lire la suite

vendredi 26 octobre 2012

La « pacification » des favelas de Rio

Des policiers franchissent une barricade dressée par des trafiquants de drogue pour ralentir leur progression dans la favela de Jacarezinho, à Rio, le 14 octobre 2012 (photo: AFP / Christophe Simon)
Des policiers franchissent une barricade dressée par des trafiquants de drogue pour ralentir leur progression dans la favela de Jacarezinho, à Rio, le 14 octobre 2012 (photo: AFP / Christophe Simon)

(AFP / Christophe Simon)


Appuyée par des hélicoptères, des blindés et des fusiliers marins, la police brésilienne investit les favelas de Jacarezinho et Manguinhos, à Rio de Janeiro, le dimanche 14 octobre. Objectif: réinstaurer l'autorité de l'Etat dans ces zones de non droit livrées à la terreur des narcotrafiquants depuis des décennies. (Photo: AFP / Christophe Simon)

Depuis quelques années, les autorités brésiliennes multiplient ces « opérations de pacification » dans les favelas les plus violentes de la métropole, sélectionnée pour la coupe du monde de football de 2014 et les jeux Olympiques de 2016. Après les sanglantes batailles rangées des années 2007 à 2010, dans lesquelles de nombreux habitants innocents tombaient sous les balles perdues, les forces de l'ordre ont radicalement changé de méthode, raconte Madeleine Pradel, reporter vidéo pour l'AFP à Rio, qui a couvert deux récentes opérations de ce type.


Lire la suite