Making-of / les coulisses de l'info

Quarante ans d’Inde dans le viseur

vendredi 19 décembre 2014 - Derrière l'image


Le jeune Rajeev Goswami s'immole par le feu au cours d'une manifestation d'étudiants dans la banlieue de New Delhi, en 1990 (AFP / Raveendran)

(AFP / Raveendran)


Quarante ans d’Inde dans le viseur


Quand le jeune Rajeev Goswami, 20 ans, s’est immolé par le feu lors d’une manifestation étudiante en 1990, R. Raveendran était là avec son appareil photo. Son image-choc déclencha une vague de manifestations massives qui, indirectement, aboutit à la chute du gouvernement indien quelques semaines plus tard.

Ravee, nom sous lequel il est connu de tous, a finalement raccroché ses boîtiers au terme de quarante ans de carrière. Quatre décennies au cours desquelles il a couvert tous les types de sujet possibles, depuis une épidémie de peste jusqu’à la coupe du monde de cricket. Le reporter de l'AFP Indranil Mukherjee a passé un moment avec lui, juste après son départ à la retraite, pour parler de ses plus grands scoops et des changements technologiques dont il a été le témoin dans son travail au cours de ces quatre décennies.


Lire la suite...

Bain de vapeur à Bhopal

mardi 2 décembre 2014 - Derrière l'image


Akbar Khan, survivant de la catastrophe chimique de Bhopal en 1984, prend un bain de vapeur dans une clinique traditionnelle le 1er décembre 2014 (AFP / Indranil Mhukerjee)

Akbar Khan, un survivant de la catastrophe chimique de Bhopal en 1984, prend un bain de vapeur dans une clinique traditionnelle ayurveda pour soigner ses multiples maux. « Il n’est jamais facile de photographier une tragédie après tant d’années », raconte l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP basé à Bombay Indranil Mukherjee. « Il faut essayer de trouver un angle original, une lumière spéciale, pour essayer de traduire au mieux les émotions des survivants. Mais en même temps il convient d’être très sensible à leurs sentiments et à leurs émotions lorsqu’ils se souviennent de cette catastrophe, dans laquelle tous ont perdu une partie de leur vie ».

(Photo : AFP / Indranil Mukerjee)


Lire la suite...

Chasseurs de serpents au service de la science

lundi 24 novembre 2014 - Témoignages


(Photo : Béatrice Roman-Amat)

Les Irula sont l'un des six groupes "tribaux" de l'Etat du Tamil Nadu, dans le sud-est de l'Inde. Dans les années 1970, une loi sur la protection de la faune sauvage les a privés d'une de leurs sources de revenus importante: tuer des serpents pour vendre leur peau. A la suite de quoi beaucoup sont devenus ouvriers agricoles ou se sont retrouvés piégés par le travail forcé. Puis, au début des années 1980, un Américain a mis sur pied une coopérative qui permet à plusieurs familles de continuer à tirer un revenu de leur activité traditionnelle d’attrapeurs de serpents en vendant leur venin à des laboratoires pharmaceutiques. Partie en Inde pour écrire un livre pour enfants, la journaliste de l'AFP Béatrice Roman-Amat raconte cette singulière histoire.

(Photo: Béatrice Roman-Amat)


Lire la suite...

Une plongée dans l’Inde « tribale »

mercredi 29 octobre 2014 - Témoignages


poiti-chandoori.jpg

Alors qu'elle parcourt l'Inde pour écrire un livre pour enfants, la journaliste de l'AFP Béatrice Roman-Amat rencontre Poiti, une conteuse du minuscule village de Goudaguda, dans l'Etat de l'Odisha. Pendant toute un après-midi, la vieille dame lui raconte des histoires et chante des chansons, à grand renfort de mimiques et d'alcool de riz. Poiti est la gardienne des traditions orales des Poraja, une des « tribus répertoriées » qui regroupe les premiers habitants de l’Inde, ceux qui étaient déjà présents avant les vagues successives d’invasions.

Photo: Béatrice Roman-Amat


Lire la suite...

Sauveteur d'enfants esclaves

vendredi 10 octobre 2014 - Témoignages


Le Prix Nobel de la Paix Kailash Satyarthi dans sa maison de New Delhi, le 10 otobre 2014 (AFP / Chandan Khanna)

La journaliste de l'AFP Bénédicte Manier dresse le portrait de son ami Kailash Satyarthi, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2014 pour avoir sauvé, avec son organisation, quelque 83.000 enfants réduits en esclavage en Inde.

(Photo: AFP / Chandan Khanna)


Lire la suite...

Retour à la maison pour Roona

lundi 5 août 2013 - En bref


Roona Begum et ses parents, le 2 août à leur arrivée à l'aéroport d'Agartala, dans l'Etat de Tripura (photo: AFP / Arindam Dey)

Roona Begum, la fillette hydrocéphale indienne dont le sort avait provoqué une vague mondiale d'émotion, est sortie de l'hôpital vendredi 2 août après de longs mois de soins et de multiples interventions. Début avril 2013, la diffusion d'images de la fillette prises par un photographe de l'AFP avait soulevé l'émoi de lecteurs et d'internautes à l'étranger. Des internautes avaient lancé une campagne de collecte de fonds qui avait permis à Roona d'être soignée.

(Photo: AFP / Arindam Dey)


Lire la suite...

Une nouvelle vie pour Roona

jeudi 16 mai 2013 - Témoignages


La petite Roona dans sa chambre d'hôpital à Gurgaon, dans la banlieue de New Delhi, le 17 avril 2013 (photo: AFP / Roberto Schmidt)

En avril, l'AFP avait diffusé une série de photos terribles de la petite Roona Begum, enfant de 15 mois atteinte d'hydrocéphalie mais qui ne pouvait être soignée en raison de la pauvreté de ses parents, paysans illettrés du nord-est de l'Inde. Les images avaient déclenché une vague d'émotion planétaire et une campagne de collecte de fonds. Quelques jours plus tard, un célèbre neurochirurgien de New Delhi proposait d'accueillir gratuitement Roona dans sa clinique et de la soigner. La fillette a subi le 15 mai une intervention chirurgicale que l'AFP a pu suivre. Les résultats sont très prometteurs.

(Photo: AFP / Roberto Schmidt)


Lire la suite...

Quand l'image photo aide à panser les plaies...

jeudi 18 avril 2013 - Derrière l'image


AFGHANISTAN-UNREST-RELIGION

Il arrive que la photo de presse sorte du cadre strict de l'information qui lui était assigné, pour se diriger, à l'insu de son auteur, vers des domaines a priori improbables tels que l'humanitaire. On voit soudain l'image émouvante d'une victime anonyme et laissée sans assistance, ou celle d'un enfant atteint d'une maladie mal soignée, faute de moyens, déclencher, en quelques heures, un élan de solidarité à l'échelle mondiale. Des lecteurs, des internautes se mobilisent et posent en nombre la question: "Est-ce qu'on peut aider ?"

(Photo: AFP / Massoud Hossaini)


Lire la suite...

Violences sexuelles en Inde: flashback sur une révolte

lundi 25 février 2013 - Témoignages


V001_MMV324790_TPL_JPEG.jpg

Le viol collectif d'une jeune fille de 23 ans, dans un bus le 16 décembre à New Delhi, a provoqué une onde de choc mondiale. Béatrice Le Bohec, correspondante de l'AFP en Asie du Sud, raconte l'enquête qu'elle avait menée sur le même sujet du viol, deux ans plus tôt, et s'interroge sur les raisons qui font qu'un crime de même nature fait immédiatement le buzz, ou peine au contraire à dépasser les frontières.   

Lire la suite...

Inde: plus jamais comme avant

mardi 29 janvier 2013 - Témoignages


Les violeurs d'une étudiante à New Delhi sont brûlés en effigie lors d'une manifestation le 30 décembre 2012 (photo: AFP / Andrew Caballero-Reynolds)

Pour Rupam Jain Nair, correspondante de l'AFP à New Delhi, couvrir la terrible affaire du viol et du meurtre de l'étudiante de 23 ans a constitué un des moments les plus intenses de sa carrière. Plus d'un mois plus tard, alors que le procès des accusés de ce fait-divers a commencé, le juge a imposé le silence aux médias. Le traumatisme qui a frappé la société indienne touche aussi les journalistes. "Pendant des semaines, l’affaire a fait la une des médias en Inde et à l’étranger", écrit Rupam Jain Nair. "Mais qu’en est-il des 71 autres femmes qui, le même jour en Inde, ont également subi une agression sexuelle? Comme beaucoup de reporters, j’avoue me sentir coupable d’avoir ignoré tous ces autres cas".

(Photo: AFP / Andrew Caballero-Reynolds)


Lire la suite...

Festival de chameaux dans l'aube au Rajasthan

vendredi 7 décembre 2012 - Derrière l'image

A la foire aux chameaux de Pushkar (photo: AFP / Roberto Schmidt)
AFP / Roberto Schmidt

Festival de chameaux dans l'aube au Rajasthan


Chaque hiver, des milliers d’éleveurs de chameaux descendent à Pushkar pour acheter et vendre du bétail. Cette ville de l'Etat du Rajasthan, dans le nord-est de l'Inde, est le théâtre d'une des plus grandes foires aux chameaux du monde. Le photographe de l’AFP Roberto Schmidt, qui y a assisté pendant quatre jours, a ramené une spectaculaire série d'images. Il raconte le contraste entre la dureté du paysage désertique et les couleurs flamboyantes arborées par les éleveurs.

Lire la suite...

Contre l'asthme, avaler le poisson

lundi 11 juin 2012 - Derrière l'image


Photo: AFP / Noah Seelam

Un membre de la famille Bathini Goud administre le "poisson-médicament" à une asthmatique au stade Katedan de Hyderabad, dans le sud de l'Inde. Cette préparation à base d'herbes est enfournée dans la gueule d'un channa, un petit poisson carnivore, lequel est gobé vivant par le patient. Le frétillement du poisson dans le gosier du malade est censé éliminer les glaires et guérir l'asthme, clament les promoteurs du traitement.

Le "poisson-médicament" est préparé depuis 161 ans par la famille Bathini Goud, qui dit tenir la formule d'un saint hindou et n'en a jamais révélé le secret. Le remède est administré gratuitement par la famille le jour faste de "Mrigasira Karti", juste avant le début de la mousson. Des milliers de personnes accourent des quatre coins de l'Inde pour avaler le petit poisson fourré au médicament, dans une cohue indescriptible, raconte Noah Seelam, photographe basé à Hyderabad qui a pris ces images le samedi 9 juin.

Lire la suite...