Making-of / les coulisses de l'info

mardi 19 août 2014

Printemps arabes au bout du clavier

Pendant les funérailles d'un manifestant chiite mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes à Malikiyah, au sud de Bahreïn, le 13 janvier 2013 (AFP / Mohammed Al-Shaikh)
Pendant les funérailles d'un manifestant chiite mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes à Malikiyah, au sud de Bahreïn, le 13 janvier 2013 (AFP / Mohammed Al-Shaikh)

(AFP / Mohammed Al-Shaikh)


Début 2011, Fanny Carrier a pris depuis quelques semaines à peine ses fonctions d'éditrice au quartier général de l'AFP pour le Moyen-Orient lorsque soudain, toute la région s'embrase. Egypte, Libye, Yémen, Bahreïn, Syrie... Partout des foules dans les rues pour crier « Dégage !»

Ces événements historiques, Fanny les vivra au deuxième rang depuis son bureau à Nicosie. Le travail d'éditrice est un peu ingrat mais indispensable, et non moins intense quand on vit des scènes d'horreur au bout de son clavier: « Je m’abrite derrière les mots, je me carapace derrière les impératifs de clarté, de rapidité et la chasse aux fautes de frappe. Mais certains soirs, dans la pénombre de la chambre où je berce mon fils, les fantômes de ces dépêches me rattrapent. Les morts, les torturés, les disparus, les femmes qui enterrent un enfant et les enfants qui hurlent de peur… Est-ce qu’ils entendent ma berceuse ? Après tout, à vol d’oiseau, Nicosie-Damas c’est même pas Paris-Lyon.»

(Photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)


Lire la suite

mardi 29 avril 2014

Egypte : sous le déluge de peines de mort

Une femme brandit le portrait d'un proche condamné lors du procès où 683 peines de mort ont été prononcées le 28 avril 2014 à Minya, dans le centre de l'Egypte (AFP / Khaled Desouki)
Une femme brandit le portrait d'un proche condamné lors du procès où 683 peines de mort ont été prononcées le 28 avril 2014 à Minya, dans le centre de l'Egypte (AFP / Khaled Desouki)

(AFP / Khaled Desouki)


Hurlements, larmes, évanouissements: atmosphère dantesque le 28 avril devant le tribunal de Minya, petite ville du bord du Nil dans le centre de l'Egypte. En dix minutes chrono, un juge unique statuant à huis-clos vient de condamner à la peine capitale 683 partisans présumés de l'ex-président islamiste destitué Mohamed Morsi, dont le chef des Frères musulmans. Un jugement sans précédent dans l'histoire récente du monde, selon les Nations Unies.

« Ce sont de très longues minutes où plus personne ne s'entend au milieu des litanies, celles-là même qu'hurlent les pleureuses aux enterrements », raconte Sarah Benhaida, correspondante de l'AFP en Egypte, qui se trouvait à l'extérieur du palais de justice, au milieu de la foule des proches des condamnés, quand le verdict a été prononcé. « Les bras en l'air, elles interpellent Dieu, la justice, les médias... »


Lire la suite

jeudi 20 décembre 2012

La guerre, dans l'intimité

Un homme portant ses courses court pour se mettre à l'abri des tirs dans une rue d'Alep, le 14 septembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)
Un homme portant ses courses court pour se mettre à l'abri des tirs dans une rue d'Alep, le 14 septembre 2012 (photo: AFP / Marco Longari)

(AFP / Marco Longari)


A Alep , un homme court, ses sacs de courses dans les mains, pour traverser une rue sous les balles d'un tireur embusqué de l'armée syrienne. «Que ce soit en Syrie, en Egypte ou à Gaza, je m’attache toujours, en plus de la couverture des violences proprement dites, à photographier des "instants privés", des scènes qui symbolisent la vie quotidienne des gens ordinaires dans un pays en proie à la guerre ou aux émeutes», explique l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP basé à Jérusalem Marco Longari.

Le magazine américain Time lui a décerné, le 20 décembre, le prix du «meilleur photographe d'agence» de l'année 2012.


Lire la suite