Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Corée du Nord

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 20 février 2015

Photographie : aux frontières de l’acceptable

Une photo très vraisemblablement truquée, diffusée par l'agence coréenne KCNA en 2013, rejetée par l'AFP après analyse (AFP / KCNA)
Une photo très vraisemblablement truquée, diffusée par l'agence coréenne KCNA en 2013, rejetée par l'AFP après analyse (AFP / KCNA)

(Photo : AFP / KCNA)


L'image ci-dessus n'a jamais été diffusée par l'AFP. Publiée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA en 2013, elle est censée montrer des manœuvres militaires dans l'est du pays. L'analyse à l'aide d'un logiciel spécialisé des traînées des missiles et des fumées révèle une accumulation d'anomalies trahissant des manipulations de nature indéterminée. Il s'agit donc, selon toute probabilité, d'une image truquée.

Il s'agit d'un cas extrême. Mais la fraude en photographie n'est pas le monopole de la Corée du Nord, de la Syrie ou des groupes de propagande extrémistes en tout genre. Le 12 février dernier, la disqualification pour cause d’images trafiquées d’un nombre sans précédent de participants au concours World Press Photo 2015 a ravivé un vieux débat : où se situe la frontière, en photojournalisme, entre l’effet artistique et la fraude ?


Lire la suite

vendredi 10 janvier 2014

Couvrir le royaume de l'absurde

Des chiens attaquent un mannequin à l'effigie du ministre sud-coréen de la Défense Kim Kwan-Jin lors d'un exercice militaire en Corée du Nord, le 6 avril 2013 (AFP / KCNA via KNS)
Des chiens attaquent un mannequin à l'effigie du ministre sud-coréen de la Défense Kim Kwan-Jin lors d'un exercice militaire en Corée du Nord, le 6 avril 2013 (AFP / KCNA via KNS)

(AFP / KCNA via KNS)


Quel est le plus vraisemblable des articles parus dans la presse ces derniers jours à propos du jeune dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un? Qu'il a exécuté son oncle en le livrant nu à une meute de chiens affamés ? Ou qu'il a fêté son anniversaire à Pyongyang avec une ancienne star du basket américain, réputée pour ses tatouages, ses piercings et son goût pour le déguisement et le catch ?

Démêler le vrai du faux à propos de la Corée du Nord est une tâche ardue: dans ce pays secret et isolé, dirigé d'une main de fer depuis trois générations par les Kim, les rumeurs les plus surréalistes paraissent presque crédibles, explique Jung Ha-Won, journaliste au bureau de l'AFP à Séoul.

(Photo: des chiens attaquent un mannequin à l'effigie du ministre sud-coréen de la Défense Kim Kwan-Jin lors d'un exercice militaire en Corée du Nord, le 6 avril 2013 [AFP / KCNA via KNS])


Lire la suite

mercredi 27 mars 2013

Quelques aéroglisseurs de trop…

Image retouchée d'un débarquement militaire dans l'est de la Corée du Nord, diffusée le 26 mars par l'agence officielle KCNA.
Image retouchée d'un débarquement militaire dans l'est de la Corée du Nord, diffusée le 26 mars par l'agence officielle KCNA.

Cette photographie a été diffusée le 26 mars par KCNA, l’agence officielle de Corée du Nord. Elle est censée montrer un exercice de débarquement sur la côte est du pays, alors que la tension militaire dans la péninsule atteint des sommets ces dernières semaines. Mais un examen approfondi de l’image, avec l’aide d’un logiciel spécialisé, a révélé qu’elle avait été manipulée. Plusieurs aéroglisseurs ont été ajoutés à la scène pour la rendre plus impressionnante.

L'AFP, qui comme les autres agences internationales distribue les photos de KCNA à ses clients tout en les invitant à les considérer avec précaution, a d'abord diffusé cette image avant de s'apercevoir de la supercherie. Voici ce qui s'est passé...


Lire la suite

lundi 3 septembre 2012

La Corée du Sud, dans l'ombre du Nord

Soldats nord-coréens et sud-coréens s'observent par dessus la ligne de démarcation dans le village-frontière de Panmunjom (Photo: AFP / Jung Yeon-Je)
Soldats nord-coréens et sud-coréens s'observent par dessus la ligne de démarcation dans le village-frontière de Panmunjom (Photo: AFP / Jung Yeon-Je)

(AFP / Jung Yeon-Je)


Comme la plupart des correspondants étrangers à Séoul, Simon Martin a passé le plus clair de son temps à parler de la Corée du Nord, de ses missiles, de son programme nucléaire et de ses menaces militaires tonitruantes. "Et pourtant, j'ai souvent eu l'impression que la vraie histoire, c'est le Sud", écrit-il. Passé en quelques années de la dictature à la démocratie et de la misère la plus noire au rang de puissance économique de premier plan, la dynamique Corée du Sud mériterait plus d'attention, estime Simon Martin qui vient de quitter Séoul après six ans en poste

(Photo: AFP / Jung Yeon-Je)

Lire la suite