Making-of / les coulisses de l'info

Mot-clé - Allemagne

Fil des billets

mercredi 20 janvier 2016

Histoire de deux Allemagnes

En haut: un contre-manifestant pendant un rassemblement du parti populiste de droite AfD à Berlin le 7 novembre 2015. En bas: manifestation d'extrême-droite à Cologne le 9 janvier 2016 (AFP / John MacDougall - Roberto Pfeil)
En haut: un contre-manifestant pendant un rassemblement du parti populiste de droite AfD à Berlin le 7 novembre 2015. En bas: manifestation d'extrême-droite à Cologne le 9 janvier 2016 (AFP / John MacDougall - Roberto Pfeil)

(AFP / John MacDougall - Roberto Pfeil)


« Pour la stable et prospère Allemagne, 2015 a été une année de folie », écrit le correspondant de l'AFP à Berlin Frank Zeller. « L’afflux sur notre sol de plus d’un million de réfugiés a engendré de remarquables réactions d’humanité, mais aussi réveillé des craintes que l’on croyait depuis longtemps éteintes. Et la façon dont le pays a sonné les douze coups de minuit, le 31 décembre à Cologne, n’augure rien de bon pour l’année qui commence. 2016 verra-t-elle le retour des angoisses existentielles les plus hideuses chez les Allemands ?»

« Je crois que tout le pays se pose cette question. Et jusqu’à présent les éléments de réponse sont mitigés. »


Lire la suite

jeudi 7 janvier 2016

La tragédie des réfugiés, vue par les journalistes de l'AFP

Une fillette pleure avec son biberon à la main en arrivant à Lesbos, fin octobre. (AFP/Aris Messinis)
Une fillette pleure avec son biberon à la main en arrivant à Lesbos, fin octobre. (AFP/Aris Messinis)

(AFP /Aris Messinis)


Notre blog Making-of et son équivalent anglais, Correspondent, publient régulièrement des articles sur les crises migratoires dans le monde. Ces textes donnent au public un aperçu de la relation souvent très spéciale qui peut se nouer entre un journaliste et les réfugiés dont il est chargé de couvrir le périple. De la Grèce à la Birmanie, du Mexique au Sahel, voici une compilation de tout ce que nous avons publié sur le sujet depuis plus d'un an.


Lire la suite

mardi 29 septembre 2015

Le retour des absents

Retour par la gare de l’Est d’un prisonnier de guerre en avril 1945 (AFP)
Retour par la gare de l’Est d’un prisonnier de guerre en avril 1945 (AFP)

(AFP)


« Voici un homme jeune qui sort, calme, résolu, de la gare de l’Est », écrit le journaliste de l'AFP Alain Navarro. « Grandes lignes, est-il écrit sur le panneau au-dessus de lui. Il vient de loin. Sur la tête un calot. C’est un militaire qui autour de l’avant-bras enroule sa capote. Le soldat inconnu revient d’un stalag, un camp de prisonniers en Allemagne où, après la débâcle de 1940, il a végété cinq ans. Le photographe a voulu, car il s’agit d’une photo posée, le rendre singulier, détaché de la masse d’autres prisonniers de guerre. Et puis, au cœur même de la photographie, jusqu’aux traits du visage, dénués de joie sur les lèvres ou aux yeux, s’insinue une autre idée, émerge une réalité plus troublante. L’image à ce moment capte un envers. Ce soldat isolé des autres est un homme solitaire. Personne ne vient l’accueillir. Peut-être son foyer s’est-il brisé durant sa longue absence… »

« Plus de deux millions de Français, soit un homme adulte sur dix, prisonniers de guerre, déportés politiques ou travailleurs dans les terres du Reich, sont rapatriés entre le printemps et l’hiver 1945. Mon désir de raconter, comme un puzzle nécessairement imparfait, cette histoire de destins singuliers et d’un événement global a donné naissance à un livre et à une exposition. « Le retour des absents » en est le titre. »


Lire la suite

vendredi 4 septembre 2015

Longue marche vers l’incertitude (1)

Des réfugiés syriens traversent la frontière serbo-hongroise le long d'une voie de chemin de fer, le 1er septembre 2015 (AFP / Aris Messinis)
Des réfugiés syriens traversent la frontière serbo-hongroise le long d'une voie de chemin de fer, le 1er septembre 2015 (AFP / Aris Messinis)

(AFP / Aris Messinis)


« Plus de 350.000 personnes fuyant la guerre et la misère ont frappé aux portes de l’Union européenne depuis le début de 2015 après avoir souvent mis leurs vies en danger à bord d’embarcations de fortune en Méditerranée ou en mer Egée », écrit la journaliste de l'AFP Serene Assir. « Beaucoup se sont endettés auprès de leurs proches ou ont vendu tous leurs biens pour se lancer dans ce dangereux périple. Ils ont dû affronter escrocs et passeurs sans vergogne ; ils ont marché des jours entiers sous un soleil harassant, ont passé de courtes nuits dans le froid, se sont heurtés aux barbelés et parfois aux brutalités policières avant d’atteindre l’Autriche, l’Allemagne ou un autre pays d’Europe du nord où un avenir incertain les attend.»

« Après avoir couvert l’arrivée des réfugiés dans les îles grecques depuis les côtes turques, l’AFP a envoyé une équipe de trois journalistes suivre la suite de leur périple, le long de la route des Balkans. Ceci est le journal de notre voyage qui a démarré à la frontière gréco-macédonienne et qui, nous l’espérons, nous conduira jusqu’en Allemagne.»

Lire la suite

mercredi 5 août 2015

Les lézards de Lénine

Démolition de la statue géante de Lénine sur Leninplatz à Berlin le 13 novembre 1991 (AFP / DPA / Bernd SETTNIK)
Démolition de la statue géante de Lénine sur Leninplatz à Berlin le 13 novembre 1991 (AFP / DPA / Bernd SETTNIK)

(AFP / DPA / Bernd Settnik)

« Une statue de Lénine qui vole dans le ciel de Berlin: la scène a donné son titre à Good Bye Lénine de Wolfgang Becker, l'un des plus grands succès du cinéma allemand de ces dernières années», écrit Eloi Rouyer, correspondant de l'AFP à Berlin. « En voyant passer le monument suspendu à un hélicoptère au-dessus de Karl-Marx Allee, l'ex-avenue témoin de Berlin-Est, la mère du héros du film, réveillée du coma qui lui a fait rater la chute du Mur, comprend qu'un monde, son monde, s'est écroulé.»

« Ce film a été un de mes premiers contacts avec Berlin. Avant que je vienne m'y installer, il a façonné, comme "Les Ailes du Désir" ou "La vie des Autres", la façon dont j'imaginais cette ville. Et cette statue volante faisait aussi partie de ce paysage fantasmé.»

« Alors, quand j'ai découvert dans la presse berlinoise l'histoire obscure d'une gigantesque tête de Lénine que l'on souhaite déterrer puis balader en ville, d'est en ouest, pour qu'elle trouve sa place dans une exposition, cela a évidemment piqué ma curiosité.»


Lire la suite

mardi 5 mai 2015

La plus allemande des histoires

Des visiteurs participent à la commémoration de la libération du camp nazi de Dachau en allemagne, le 3 mai 2015 (AFP PHOTO / CHRISTOF STACHE)
Des visiteurs participent à la commémoration de la libération du camp nazi de Dachau en allemagne, le 3 mai 2015 (AFP PHOTO / CHRISTOF STACHE)

(AFP / Christof Stache)


"Elle a posé sa main sur son avant-bras pour le soutenir. Elle l'aide à se soulever de sa chaise roulante pour effectuer quelques pas, difficiles, incertains, vers le pupitre où il doit prononcer un court discours. C'est elle, dans son imperméable bleu marine qui aide le vieux monsieur dont le grand âge - 95 ans - mange les forces. Angela Merkel," écrit la journaliste de l'AFP à Berlin Yannick Pasquet. "Je suis à Dachau pour 'couvrir' les cérémonies du 70e anniversaire de la libération du camp. Il pleut des hallebardes. L'identité allemande est là, dans cet instant. Une chancelière, des survivants et un camp de concentration."


Lire la suite

jeudi 12 février 2015

Eric Schwab, des photographies de l’inhumain

Un prisonnier de Buchenwald, atteint de dysenterie, à la libération du camp par l'armée américaine le 11 avril 1945 (AFP / Eric Schwab)
Un prisonnier de Buchenwald, atteint de dysenterie, à la libération du camp par l'armée américaine le 11 avril 1945 (AFP / Eric Schwab)

(AFP / Eric Schwab)


Ce sont quelques dizaines de photos dans les archives de l’Agence France-Presse. Un nombre insignifiant dans un fonds photographique de plusieurs dizaines de millions de documents, mais une valeur inestimable pour la mémoire et au regard de l’Histoire : Eric Schwab, l’un des premiers photographes travaillant pour l’AFP après la refondation de l’agence en 1944, a été le témoin des horreurs que les Alliés ont découvert au fur et à mesure de la libération des camps de la mort en Allemagne. Accrédité comme correspondant de guerre auprès de l'armée américaine, il se lance en même temps à la recherche de sa mère, déportée en 1943, qu'il retrouvera finalement vivante au camp de Terezin.

Eric Schwab n'a pas connu la notoriété immédiate des autres photographes qui ont documenté la découverte des camps, comme Margareth Bourke-White, Lee Miller ou Georges Rodger. Comme la plupart des photographies d'agence, ses images paraissent dans les journaux sans signature. Il faudra attendre plusieurs années pour que soient reconnus ses talents, notamment la qualité de ses cadrages, la force de ses portraits. Ses photos deviennent alors des icônes d’une terrible période de l’humanité.


Lire la suite

vendredi 7 novembre 2014

Le jour où un monde s’est défait sous nos yeux

Des Berlinois fêtent la chute du mur de Berlin le 15 novembre 1989 à la Porte de Brandebourg (AFP / Gérard Malie)
Des Berlinois fêtent la chute du mur de Berlin le 15 novembre 1989 à la Porte de Brandebourg (AFP / Gérard Malie)

(AFP / Gérard Malie)


Il y a 25 ans, le 9 novembre 1989, le Mur de Berlin s'effondrait en quelques heures dans l'euphorie et l'allégresse. Ce soir-là, un peuple en liesse a scandé « Ouvrez la porte! Ouvrez la porte! » (« Tor auf! Tor auf! ») sous les yeux de journalistes de l'AFP ébahis. Yannick Pasquet, correspondante de l'AFP à Berlin, a recueilli les souvenirs de ces témoins privilégiés d'un des moments historiques les plus époustouflants du 20ème siècle.

(Photo: AFP / Gérard Malie)


Lire la suite

jeudi 22 août 2013

Au fil du Danube

Le delta du Danube, en Roumanie (photo: AFP / Daniel Mihailescu)
Le delta du Danube, en Roumanie (photo: AFP / Daniel Mihailescu)

(AFP / Daniel Mihailescu)


C’est le deuxième plus long fleuve d’Europe après la Volga. Il coule sur près de 3.000 kilomètres de la Forêt Noire à la mer Noire en traversant dix pays et quatre capitales. Le Danube s’appelle Donau en allemand, Dunaj en slovaque, Duna en hongrois, Dunărea en roumain, Dunaў en ukrainien, Dunav en croate, en serbe et en bulgare… Il joue un rôle économique capital, traverse des merveilles naturelles, forme le plus grand delta du continent (sur la photo, en Roumanie) et a inspiré d'innombrables contes, légendes et œuvres d'art.

Durant tout l’été, les photographes de l’AFP basés dans les pays qu’il parcourt, de l'Allemagne à l'Ukraine, sont partis observer la vie sur ses berges.


Lire la suite