Un avaleur de couleuvres se produit dans un parc de Pékin le 11 février 2013 (photo: AFP / Ed Jones)
AFP / Ed Jones

La couleuvre de trop





PEKIN – Le Serpent, qui suit le Dragon dans le zodiaque chinois, jouit d’une réputation contradictoire en Chine. Certains l’associent à la sagesse, à la paix et à la longévité. D’autres y voient un fauteur d’instabilité et de catastrophes. Quoiqu’il en soit, l’année du Serpent, qui a démarré le 10 février, a mis le reptile sur le devant de la scène. Mets apprécié de la gastronomie chinoise, le serpent est aussi de plus en plus adopté comme animal domestique, notamment à Hong Kong.

Il est également la vedette de spectacles de rue, lesquels ne sont pas toujours d’un goût exquis et ne se déroulent pas toujours exactement comme prévu...

«Cet homme se produisait dans le parc du Temple de la Terre à Pékin, dans une des nombreuses foires qui marquent le Nouvel an lunaire», explique l’auteur de cette image, le photographe de l’AFP au bureau de Pékin Ed Jones. «L’année du serpent était évidemment un bon prétexte pour photographier un homme en train d’en avaler un».


Fête foraine dans le parc du Temple de la Terre à Pékin, le 11 février 2013 (photo: AFP / Ed Jones)
AFP / Ed Jones

Trouver un avaleur de serpents n’est pas très compliqué: ils sont relativement nombreux dans les fêtes foraines chinoises, poursuit Ed Jones. Le plus difficile reste d’accéder à la scène au milieu d’une marée humaine aussi massive qu’indisciplinée. «Les foires sont pleines à craquer de gens venus célébrer le Nouvel an. Impossible d’évoluer librement. Il faut se fondre dans la masse et se laisser porter docilement par elle jusqu’au point souhaité».

L’avaleur de serpents est le clou d’un spectacle d’une quinzaine de minutes qui met également en scène une fausse femme à deux têtes, un équilibriste et un faux maître de kung-fu. Ed Jones y assiste deux fois de suite dans le but de capturer les meilleures images.


Photos: AFP / Ed Jones
AFP / Ed Jones

«La deuxième fois, l’avaleur a réussi à faire entrer le serpent dans son nez mais, à la grande frayeur du public, le reptile a tardé à ressortir par la bouche. L’homme a eu des hauts le cœur. Au milieu des nausées, les yeux vitreux, il a finalement obtenu de l’animal qu’il refasse surface par l’orifice prévu. Puis il a commencé à le tirer par un bout puis par l’autre à travers son corps. A ce stade, les spectateurs avaient l’air de souffrir plus que le serpent». L’avaleur finit par recracher entièrement le reptile et par quitter la scène après une modeste courbette, devant un public pas franchement enthousiaste… Une bonne photo pour les archives de l’AFP, mais de toute évidence la couleuvre de trop pour cet avaleur.

Les astrologues, très écoutés en Asie, prévoient que l’année du Serpent sera placée sous le signe de l’imprévu, de l’instabilité et des turbulences.


Spectacle de reptiles dans le parc du Temple de la Terre à Pékin, le 11 février 2013 (photo: AFP / Ed Jones)
AFP / Ed Jones