Sasha et Malia, les deux filles du président Barack Obama, se prennent en photo pendant les cérémonies d'investiture à Washington le 21 janvier 2013 (photo: AFP / Joe Klamar)
AFP / Joe Klamar

WASHINGTON - Lundi 21 janvier, Barack Obama est investi pour un second mandat à la présidence des Etats-Unis. Un million de personnes assistent à sa prestation de serment à Washington. L'instant est historique. Mais dans la tribune officielle, les deux filles du président, Sasha, 11 ans, et Malia, 14 ans, ont l'air de bien s'amuser à se prendre elles-mêmes en photo avec un téléphone portable...

"J'étais dans la tribune de presse avec mon objectif de 400 mm et je guettais les faits et gestes de la famille présidentielle pendant qu'elle regardait la parade", raconte l'auteur de cette image, Joe Klamar, photographe de l'AFP habituellement basé à Los Angeles. "Les deux filles avaient l'air de bien rigoler et n'accordaient aucune importance aux photographes. Elles ne posaient pas. Elles savent trouver des façons de se distraire pendant les longs événements auxquels leur papa doit assister".

L'équipe de communication du président Obama, habituée à distiller aux médias des moments "spontanés" de la vie de famille du président à des fins de propagande, a-t-elle mis en scène ce moment ? Impossible de savoir, mais Tangi Quéméner, correspondant de l'AFP à la Maison Blanche et auteur d'un essai sur Barack Obama et sa politique de relations publiques, suppose que non. Il fait remarquer que Sasha et Malia sont rarement exposées. "Je pense qu'il s'agissait d'un des moments de vérité dont cette Maison Blanche est avare", explique Tangi Quéméner. "Les filles ne font pas partie du plan de com des Obama. Elles sont protégées des objectifs et n'apparaissent en public que lorsqu'elles y sont obligées par le protocole. Les gestes et les grimaces de Sasha et Malia sont typiques des ados et pré-ados".

La scène photographiée par Joe Klamar se déroule pendant le défilé d'investiture. Celui-ci consiste en un passage de troupes mais aussi, bon enfant, de fanfares et de majorettes. La décontraction de Sasha et Malia n'est dont pas choquante, explique Tangi Quéméner. "Ce n'est pas le défilé du 14 juillet", relève-t-il. "A certains moments, Barack et Michelle Obama avaient eux aussi des expressions plus proches de supporters de football que de chef d'Etat et de première dame dans un moment solennel".


La famille Obama pendant les cérémonies d'investiture à Washington, le 21 janvier 2013 (photo:  AFP / Joe Klamar)
AFP / Getty / Mark Wilson