Révolutionnaires chiites aux regards perçants





Une manifestante chiite de Bahreïn pendant un rassemblement de solidarité avec les prisonniers politiques dans le village de Maqabah, le 13 décembre 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

MANAMA – Bahreïn est la seule monarchie du Golfe où les chiites sont majoritaires. Mais le pouvoir, dans le petit Etat, est aux mains des sunnites. En 2011, un soulèvement de la majorité chiite a été durement réprimé par les autorités, qui accusaient les protestataires de collusion avec l’Iran. Mais les manifestations conduites par le parti d’opposition chiite, le Wefaq, n’ont pas cessé. Depuis quelques mois, elles prennent un tour de plus en plus violent.


Une manifestante chiite de Bahreïn pendant un rassemblement de solidarité avec les prisonniers politiques dans le village de Sanabis, le 6 janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

«J’ai pris la photo ci-dessus dans le village de Sanabis, pendant une manifestation de solidarité avec les prisonniers politiques chiites», raconte Mohammed Al-Shaikh, photographe de l’AFP basé à Bahreïn. «A Bahreïn, le port du niqab, le voile intégral, n’est pas imposé. Il est fréquent de croiser dans la rue des femmes qui portent le hijab ou qui ne sont pas voilées du tout. Mais lors des manifestations, presque toutes les femmes portent le niqab. La raison est très simple : elles ne veulent pas être reconnues par la police. Un homme qui manifeste le visage masqué a tout de suite l’air suspect. Une femme, elle, peut toujours invoquer des raisons religieuses ! »


Manifestation chiite à Karbabad, dans la banlieue de Manama, le 28 décembre 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

Conformément aux traditions locales, hommes et femmes défilent au même moment, mais chacun de leur côté. «A Bahreïn, il arrive aussi que des manifestations ne rassemblent que des femmes », poursuit Mohammed Al-Shaikh. «Elles veulent montrer qu’elles ne font pas que suivre le mouvement, qu’elles sont capables de diriger la révolution. De fait, elles rendent la police complètement folle : un policier mâle ne peut pas ceinturer une femme et la menotter, ce genre de contact physique serait contraire à la pudeur. Arrêter une manifestante est donc pratiquement impossible. Les forces de l’ordre se contentent de les disperser en répandant des gaz lacrymogènes. Les autorités tentent aussi de mettre sur pied un corps de policiers anti-émeutes uniquement composé de femmes».


Une manifestante chiite de Bahreïn pendant un rassemblement pour le 'jour des martyrs' dans le centre de Manama , le 17 décembre 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)

L’opposition chiite réclame inlassablement la démission du Premier ministre, cheikh Khalifa ben Salmane Al-Khalifa. Considéré comme un tenant de la tendance dure, cet oncle du roi Hamad ben Issa Al-Khalifa est en poste depuis 1974. Des affrontements éclatent presque chaque soir dans les ruelles étroites des villages chiites aux portes de Manama.

Pour un photographe, c’est évidemment les manifestantes qui se prêtent aux clichés les plus impressionnants. «J’essaye de capter leur regard, de deviner ce qu’il exprime», explique Mohammed Al-Shaikh. «Je tente de capturer les deux ou trois secondes où, quand elles m’aperçoivent, leurs yeux se figent avant qu’elles ne détournent le regard».


Une femme chiite tente de repérer les policiers anti-émeutes lors d'affrontements dans le village d'Abu Saiba, à l'ouest de Manama, le 3 décembre 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

Une manifestante chiite de Bahreïn pendant un rassemblement de solidarité avec les prisonniers politiques dans le village de Sanabis, le 6 janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)

Une Chiite de Bahreïn prend part à des affrontements avec la police après les funérailles d'une manifestante tuée par des gaz lacrymogènes lancés dans sa maison le 6 novembre 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)


Des jeunes filles chiites prient après une manifestation dans la banlieue de Manama le 1er janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh


Une mère chiite et son enfant marchent dans la rue pendant une manifestation dans la banlieue de Manama le 1er janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh


Une Chiite regarde par sa fenêtre une manifestation dans la banlieue de Manama le 1er janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh


Des manifestantes chiites brandissent des portraits de leurs proches emprisonnés pendant une manifestation dans le village de Sanabis, à l'ouest de Manama, le 6 janvier 2013 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

Manifestation chiite dans le village d'Abu Saiba, à l'ouest de Manama, le 3 décembre 2012 (Photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

Pendant les funérailles d'une manifestante chiite de 16 ans, tuée lors d'affrontements, le 18 août 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh

Pendant les funérailles d'une manifestante chiite de 16 ans, tuée lors d'affrontements, le 18 août 2012 (photo: AFP / Mohammed Al-Shaikh)
AFP / Mohammed Al-Shaikh