Rodéo olympique


Par John MACDOUGALL






(Tous les jours jusqu'à la fin de l'année, le making-of d'une photo insolite de 2012)


Photo: AFP / John MacDougall
AFP / John MacDougall

LONDRES – Le pentathlon moderne est une des épreuves les moins connues, mais aussi les plus exigeantes des jeux Olympiques. Elle a été inventée au début du XXème siècle pour imiter les compétences idéales du soldat de l’époque : monter un cheval inconnu, se battre à l’épée, tirer au pistolet, courir et nager.

Pour un photographe, l’équitation est évidemment la discipline la plus intéressante de l’épreuve. Les concurrents ont vingt minutes pour mater leur cheval, qui leur est attribué par tirage au sort. Ils doivent ensuite réaliser un saut d’obstacles.

Mais l’alchimie n’est pas toujours au rendez-vous entre le cavalier et sa monture. Et la probabilité pour que le premier soit envoyé au tapis par la seconde est forte.

Evidemment, nous ne sommes pas là uniquement pour prendre des photos de chutes. Il faut quand même qu’on reparte avec des images d’action classiques des concurrents, pour pouvoir les diffuser s’ils gagnent une médaille. Mais le fait est que le saut d’obstacles est le moment où l’on a le plus de chances de prendre des photos spectaculaires, à condition d’être positionné dans le bon angle.


Photo: AFP / John MacDougall
AFP / John MacDougall

C’est ce qui s’est produit aux jeux Olympiques de Londres, le 11 août 2012, quand le Sud-Coréen Hwang Woojin a perdu le contrôle de son cheval Shearwater Oscar en pleine compétition.

On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé mais dès le début de l’épreuve, il était évident que le courant ne passait pas entre Hwang et son cheval. Ce dernier a commencé à se comporter violemment. C’était assez surprenant. Il a rué dans tous les sens et a même renversé un pot de fleurs d’un coup de pied. L’animal a fini par se cabrer et par s’affaler lourdement à terre avec son cavalier. On a eu peur : les concurrents portent des protections contre les chutes, mais si un cheval vous écrase de tout son poids, vous êtes mort.

Cela aurait pu être dramatique mais la scène a un «happy end» : le Sud-Coréen est resté quelques secondes à terre. Puis il s’est relevé, indemne. Sous les applaudissements de la foule, il a rattrapé son cheval et il a fini son parcours.


Photo: AFP / John MacDougall
AFP / John MacDougall