Making-of / les coulisses de l'info

Le grand bateau n’arrive pas toujours à temps

vendredi 24 avril 2015 Témoignages


Des immigrants secourus en mer arrivent à Augusta, en Sicile, à bord du vaisseau italien Bettica le 22 avril 2015 (AFP / Alberto Pizzoli)

Des immigrants secourus en mer par les garde-côtes italiens arrivent à Augusta, en Sicile, le 22 avril. « Pour nous, les communiqués des garde-côtes annonçant le sauvetage de centaines de migrants en Méditerranée sont du domaine de la routine », écrit Fanny Carrier, directrice adjointe du bureau de l'AFP à Rome. « Pendant l'année 2014, la moyenne a été de 475 par jour. Mais le week-end des 11 et 12 avril, tout à coup, les compteurs s'affolent... »

(Photo: AFP / Alberto Pizzoli)

Lire la suite...

Sur l’improbable Sainte-Hélène

mardi 21 avril 2015 Témoignages


Statue de Napoléon dans l'hôtel Consulate de Jamestown, le 10 mars 2015 (AFP / Jean Liou)

« J’ai l’impression d'être vraiment privilégié en ce petit matin où après cinq jours de mer, Sainte-Hélène apparaît enfin », écrit Jean Liou, envoyé spécial de l'AFP sur l'île perdue dans l'Atlantique Sud où Napoléon passa ses derniers jours. « Voilà des années que je rêve de me rendre sur cette île du bout du monde. Dans quelques mois, elle sera dotée d’un aéroport et cessera, du coup, d’être l'un des derniers territoires de la planète auquel on ne peut accéder qu'en bateau. Mais en attendant, Sainte-Hélène sait encore se faire désirer. La traversée depuis Le Cap, d’une lenteur surréaliste dans notre monde d’immédiateté, y contribue beaucoup ».

(Photo: AFP / Jean Liou)


Lire la suite...

Terreur et trafics sur le lac du non-droit

lundi 20 avril 2015 Témoignages


Une piroguesur le lac Tchad à Guité, le 30 mars 2015 (AFP / Philippe Desmazes)

Carrefour de quatre pays - Nigeria, Tchad, Niger et Cameroun - le lac Tchad est depuis toujours le lieu d'intenses échanges commerciaux et de trafics en tous genres. « C'est un univers à part, où les frontières tracées par l'ancien colonisateur n'existent pas », raconte la journaliste de l'AFP Celia Lebur, qui s'est récemment rendue sur place pour y couvrir l'afflux de réfugiés fuyant la violence au Nigeria voisin. « Avec ses centaines d'îlots éparpillés comme des confettis, son labyrinthe de chenaux navigables entre les roseaux, le lac est aussi une vaste zone de non droit. Un paradis de la contrebande quasiment impossible à contrôler, dont les insurgés djihadistes nigerians de Boko Haram profitent largement... »

(Photo: AFP / Philippe Desmazes)


Lire la suite...

Avec les rescapés de l’enfer du Yémen

vendredi 17 avril 2015 Témoignages


Une réfugiée yéménite à son arrivée à Obock, le 13 avril 2015 (AFP / Tony Karumba)

Dans le petit port de pêche d'Obock, à Djibouti, des centaines de réfugiés venus du Yémen s'entassent dans des centres d'hébergement provisoire. A bord d'embarcations en tout genre, ils ont fui leur pays où la guerre fait rage entre rebelles chiites houthis, une coalition menée par l'Arabie saoudite et jihadistes liés à Al-Qaïda ou à l'Etat islamique. Le photographe de l'AFP Tony Karumba est allé à leur rencontre.

« Je photographie les sourires des enfants, les expressions interrogatrices des adolescents, les regards profonds et réservés de leurs aînés », écrit-il. « J’essaye de travailler de la façon la plus sensible possible, de capturer les émotions qu’expriment leurs visages. Mais comme à chaque fois que je photographie la douleur des autres, que je suis le témoin de vies brisées par la guerre, je ne peux m’empêcher d’être amer, en me disant qu’il y a peu de chances pour que mon travail permette d’améliorer leur sort ».

(Photo: AFP / Tony Karumba)


Lire la suite...

Une brève scène de rage xénophobe

jeudi 16 avril 2015 Témoignages


Un chauffeur de taxi sud-africain attaque un étranger à coups de pierre dans une rue de Johannesburg, le 15 avril 2015 (AFP / Marco Longari)

Un chauffeur de taxi sud-africain attaque à coups de pierre un immigré lors d'une échauffourée xénophobe à Johannesburg, le 15 avril. L'auteur de cette image, le photographe de l'AFP Marco Longari, raconte comment il est tombé sur cette scène de haine aussi spectaculaire que brève, dans un pays où les violences contre les étrangers africains sont un problème récurrent.

(Photo : AFP / Marco Longari)


Lire la suite...

Dessins d’enfants du Nigeria

lundi 13 avril 2015 Témoignages


Un jeune réfugié dessine une scène d'attaque pendant une séance de thérapie de l'Unicef dans un camp près de Baga Sola, au Tchad, le 6 avril 2015 (AFP / Philippe Desmazes)

Le camp « Dar-es-Salam », au Tchad, héberge environ 5.000 réfugiés qui ont fui le Nigeria voisin et les atrocités perpétrées par Boko Haram. Parmi eux, de nombreux enfants. Dans une grande tente blanche, l'Unicef organise pour eux des séances de thérapie par le dessin, une méthode souvent employée pour aider les plus jeunes à surmonter leurs traumatismes dans les zones de guerre. Le résultat donne froid dans le dos, raconte l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP Philippe Desmazes.

(AFP / Philippe Desmazes)


Lire la suite...

L’âme d’Istanbul au fil de l’eau

vendredi 10 avril 2015 Témoignages


Un ferry quitte le port de Kadikoy, en mai 2014 (AFP / Bulent Kilic)

« Chaque habitant d’Istanbul a encore son endroit de prédilection, celui qui incarne à ses yeux toute l’âme de la ville  », écrit Stuart Williams, correspondant de l'AFP dans la métropole turque. « Pour les uns, ce sont les fontaines du palais de Topkapi. Pour les autres, c’est le labyrinthe de ruelles dans les collines qui surplombent la Corne d’or. Pour d’autres encore, c’est la quiétude qui règne sous les dômes des grandes mosquées ottomanes. »

« Quant à moi, là où je sens le mieux l’âme d’Istanbul, c’est sur l’eau, quand je suis à bord d’un des nombreux ferries qui parcourent le Bosphore. »

(Photo: AFP / Bülent Kiliç)


Lire la suite...

Avec les nomades de New Delhi

jeudi 9 avril 2015 Témoignages


Des nomades et leur troupeau de moutons sur une route près de Faridabad, dans la banlieue de New Delhi, le 22 mars 2015 (AFP / Money Sharma)

« Depuis que j’ai emménagé à Faridabad, une banlieue tentaculaire de New Delhi, il y a environ un an, j’aperçois de temps en temps des tribus nomades avec leurs troupeaux de moutons au milieu de la route près de chez moi », raconte Money Sharma, photographe de l'AFP basé en Inde. « Je me suis longtemps demandé d’où ils sortaient et où ils allaient.»

« Le mois dernier, en rentrant à la maison en voiture, je tombe encore sur un groupe de ces bergers et cette fois, je me décide à aller à leur rencontre... »

(Photo : AFP / Money Sharma)


Lire la suite...

En parcourant le Sud-Kivu

mardi 7 avril 2015 Témoignages


Sur le pont de première classe d'un ferry entre Bukavu et Goma, le 26 mars 2015 (AFP / Federico Scoppa)

« Le voyage en ferry de Bukavu à Goma est une vraie plongée dans la société congolaise », raconte le photographe Federico Scoppa. « Je prends cette série d’images alors que je suis en train de terminer mon premier voyage hors de Kinshasa, où je me suis installé il y a un mois comme photographe indépendant. Je fais partie d’une équipe envoyée par l’AFP pour une série de reportages dans les régions troublées de l’est de la R.D. Congo.»

(Photo: AFP / Federico Scoppa)


Lire la suite...

Dans la ville que la mine avale

mercredi 1 avril 2015 Témoignages


Des engins dans la mine de Kirunavaara (AFP / Hugues Honoré)

« Dix-huit mille habitants, plus d’un siècle d'extraction minière dans le nord du pays et une réputation pas franchement joyeuse: c'est la description de la ville où j'ai grandi en France », écrit Hugues Honoré, journaliste au bureau de l'AFP à Stockholm. « C'est aussi celle de Kiruna, en Laponie suédoise. Parti en reportage dans le Grand Nord, entre forêt boréale, espaces vierges parcourus par les troupeaux de rennes et hiver interminable, je vais vite me rendre compte que l'endroit n'a pas grand-chose à voir avec les derniers puits de charbon de "mon" bassin minier que j’ai connus enfant ».

Kiruna, à 145 km au nord du cercle polaire, héberge la plus grande mine de fer souterraine du monde, qui assure 90% de la production européenne. On y extrait du minerai à 1.175 mètres de profondeur, bientôt à 1.365 mètres. Mais à mesure que la compagnie minière LKAB creuse pour exploiter une veine de quatre kilomètres de large qui s’enfonce vers le centre de la terre, le terrain au-dessus devient instable. La ville entière va devoir déménager pour ne pas être avalée par la mine...

(Photo: AFP / Hugues Honoré)


Lire la suite...

Ténors du barreau

lundi 30 mars 2015 Témoignages


De gauche à droite et de haut en bas: les avocats Eric Dupont-Moretti, Franck Berton, Georges Kiejman et Pascal Garbarini (AFP / Joël Saget)

« Les avocats, on les photographie généralement à la volée, à l’entrée ou à la sortie des salles d’audience, quand ils font des déclarations à la presse à propos des procès dans lesquels ils plaident », explique le photographe de l'AFP Joël Saget. « Cela donne toujours un peu le même genre d’image. Au service photo de l’AFP, pour varier, cela faisait un moment que nous avions envie de réaliser pour nos archives une série de portraits posés des principaux ténors du barreau en France ».

(Photo: AFP / Joël Saget)


Lire la suite...

Retour à Kobané

vendredi 27 mars 2015 Témoignages


Dans les ruines de Kobané, le 25 mars 2015 (AFP / Yasin Akgul)

En janvier, la ville syrienne de Kobané était reconquise par les combattants kurdes après quatre mois de combats acharnés contre l'organisation Etat islamique. Depuis, la vie reprend timidement ses droits au milieu des décombres. Le photographe Yasin Akgül, qui a suivi la féroce bataille contre les jihadistes ainsi que la libération de la ville, est retourné dans Kobané ravagée où quelque 5.000 personnes sont déjà revenues et vivent dans des conditions plus que précaires.

(Photo: AFP / Yasin Akgul)


Lire la suite...

Surfeurs de rivière

mardi 24 mars 2015 Témoignages


Un surfeur sur le mascaret de la rivière Severn, dans le Gloucestershire, le 21 mars 2015 (AFP / Geoff Caddick)

« Bien avant l’arrivée de la vague, les surfeurs sont déjà prêts », raconte Geoff Caddick, photographe indépendant basé dans le sud du Pays de Galles. « La rivière Severn, à la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre, est mondialement réputée pour son mascaret, un phénomène rare et spectaculaire qui se produit quand la marée montante forme une vague qui remonte le courant sur plusieurs dizaines de kilomètres. Et ce 21 mars, je pars couvrir ce qui s’annonce comme un "mascaret cinq étoiles": le rare alignement de la terre, de la lune et du soleil au moment-même de l’équinoxe de printemps va exercer une force de gravité exceptionnelle. Ce phénomène va augmenter l’intensité des "grandes marées" que l’on observe déjà habituellement à pareille époque. C'est cette vague que les surfeurs sont venus affronter ».

(Photo: AFP / Geoff Caddick)


Lire la suite...

Crépuscule dans le matin arctique

lundi 23 mars 2015 Témoignages


Une éruption solaire visible pendant l'éclipse totale du 20 mars 2015 (AFP / Stan Honda)

Début 2015, le photographe Stan Honda a quitté son emploi à l'AFP aux Etats-Unis pour se consacrer exclusivement à sa passion de toujours: la photo astronomique. Puis, le 20 mars, il reprend provisoirement du service et se rend aux Svalbard, un archipel à l'extrême nord de la Norvège qui doit être avec les îles Féroé l'une des deux seules terres émergées depuis lesquelles sera visible une éclipse totale de soleil. « Rien ne pouvait me préparer à vivre un événement aussi époustouflant », raconte-t-il.

(Photo : AFP / Stan Honda)


Lire la suite...

Gourmets et cancrelats

mercredi 18 mars 2015 Témoignages


Un stand de chicharron (porc frit) à la foire gastronomique de Mistura à Lima, en septembre 2009 (AFP / Raul Garcia Pereira)

« Dans tout Péruvien, il y a un chef ou un critique gastronomique », écrit Moisés Ávila, correspondant de l'AFP à Lima. En dix ans, la scène culinaire péruvienne a radicalement changé, Lima est devenue la capitale gastronomique de l'Amérique latine et les grands restaurants, dans leurs cartes, transforment les vieilles recettes familiales péruviennes en plats de haute cuisine.

D’un autre côté, tout Péruvien a aussi sa Tía Veneno, sa « Tante Poison », la marchande ambulante du coin de la rue qui prépare dans des conditions d’hygiène que tout le monde ignore des plats que tout le monde mange, sans que personne ne meure. La possibilité de trouver de croustillantes surprises à pattes et à antennes à l’intérieur d’un casse-croûte acheté sur le trottoir existe encore...

(Photo: AFP / Raul Garcia Pereira)


Lire la suite...

Science-fiction à Bangkok

lundi 16 mars 2015 Témoignages


La fête de Makha Bucha au temple Dhammakaya de Bangkok, le 4 mars 2015 (AFP / Nicolas Asfouri)

« Le Wat Phra Dhammakaya est un temple bouddhiste vraiment à part en Thaïlande », raconte l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP à Bangkok Nicolas Asfouri. « Son stupa en forme de dôme, composé de milliers de statuettes de Bouddha dorées, a une forme de soucoupe volante unique en son genre. Il se trouve au cœur d’un complexe religieux de la taille d’un aéroport où vivent quelque 3.000 moines.»

« Lors des grandes fêtes religieuses, le temple peut accueillir une centaine de milliers de fidèles. L’une des plus impressionnantes de ces fêtes est le Makha Bucha, qui commémore l’ordination par Bouddha de 1.250 moines partis ensuite répandre les principes de leur maître à travers le monde. Le Makha Bucha donne traditionnellement lieu dans tous les temples de Thaïlande, à la tombée de la nuit, à des processions circulaires aux chandelles. Celles-ci sont particulièrement spectaculaires au Dhammakaya où elles prennent des allures de film de science-fiction hollywoodien. »


Lire la suite...

Le jour où tout ce qui était rose est devenu noir

vendredi 13 mars 2015 Témoignages


Une Yazidie dans le camp de réfugiés de Bajid Kandala, au Kurdistan irakien, le 13 août 2014 (AFP / Ahmad Al-Rubaye)

Du jour au lendemain, elles ont dû tout quitter et fuir devant l'avancée du groupe Etat islamique pour échapper à la mort, au viol, à l'esclavage ou au mariage forcé. Début mars, une douzaine de jeunes femmes appartenant aux minorités chrétienne ou yazidi réfugiées à Erbil, au Kurdistan irakien, se retrouvent dans un atelier organisé par l'organisation caritative Chime for Change et animé par les journalistes Randa Habib et Mariane Pearl. L'objectif du stage est de leur enseigner les techniques narratives journalistiques pour les aider à raconter, et à mieux faire comprendre, leurs terribles histoires.

« Je mets de côté mes réflexes de journaliste et je me fie plus à mon tact et à mon intuition », raconte Randa Habib. « Il ne s’agit pas d’extraire de ces jeunes femmes de bonnes histoires à publier, mais de les mettre à l’aise, d’établir un lien qui les poussera à me confier des choses sensibles, intimes, tout simplement parce que cela leur fera du bien.»

« Quant à leurs histoires, elles me marqueront longtemps... »

(Photo: AFP / Ahmad Al-Rubaye)


Lire la suite...

Sous Gaza, dans les tunnels du Jihad islamique

jeudi 12 mars 2015 Témoignages


Un militant des brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, s'entraîne dans un tunnel sous la bande de Gaza le 3 mars 2015 (AFP / Mahmud Hams)

« Des tunnels , à Gaza, nous en avons déjà visité, photographié ou filmé des dizaines de fois », racontent Mahmoud Hams et Yahya Hassouna, journalistes basés dans l'enclave palestinienne. « Mais jusqu'ici nous n'avions pu descendre que dans les galeries reliant Gaza à l'Egypte voisine pour y voir des marchandises transiter. Aujourd'hui, pour la première fois, nous ne descendons plus dans les souterrains des contrebandiers mais dans les "tunnels de la résistance". Nous allons pénétrer dans les entrailles de Gaza pour y voir les combattants qui s’y terrent. Ceux-là même qui pendant toute la guerre de l'été dernier étaient devenus invisibles. »

(Photo: AFP / Mahmud Hams)


Lire la suite...

Un thé dans le désert

mercredi 11 mars 2015 Témoignages


La cour de la résidence royale de Dariya, le 5 mars 2015 (AFP / Jo Biddle)

« Sillonner le monde à longueur d’année en compagnie de John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, peut sembler très glamour », écrit Jo Biddle, correspondante de l'AFP au Département d'Etat à Washington. « En fait, le travail consiste le plus souvent à passer de chambre d’hôtel impersonnelle en centre de conférences impersonnel tout en espérant glaner des miettes d’information sur des négociations à huis-clos.»

« Alors, quand les Saoudiens offrent à quelques journalistes voyageant avec Kerry la possibilité d’aller voir le nouveau roi Salmane Ben Abdel Aziz dans la ville historique de Dariya, je saute sur l’occasion.»

(Photo: Jo Biddle)


Lire la suite...

Au cœur du cataclysme

mercredi 11 mars 2015 Témoignages

Coucher de soleil sur Ishinomaki le 13 avril 2011

« J’avais l’impression d’avoir été jetée dans un torrent ». En cet après-midi du 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 suivi d’un énorme tsunami viennent de frapper le Japon. Miwa Suzuki, comme ses quatorze confrères du bureau de l’AFP à Tokyo, fait face à un emballement de l’actualité sans précédent dans sa carrière. Mais pour elle, le désastre a une dimension encore plus terrible: sa ville natale, Ishinomaki, où vivent sa mère et sa sœur, a été submergée par la vague géante. Sans nouvelles de ses proches, sans possibilité immédiate de se rendre sur place, Miwa Suzuki choisit de continuer à faire son travail de journaliste, trouvant dans l’écriture de dépêches le moyen de maîtriser son angoisse. Ce n’est qu’au bout de plusieurs jours qu’elle apprend que sa mère est indemne, mais que sa sœur est portée disparue. Le corps de cette dernière sera retrouvé sous les décombres fin avril.

Pour l’AFP, Miwa Suzuki réalise des reportages poignants sur les recherches de plus en plus désespérées entreprises par sa mère à travers les refuges, les hôpitaux, puis les morgues de la région, jusqu’à la terrible nouvelle annoncée au téléphone par un policier. En février 2012, près d’un an après la catastrophe, elle revient sur place, cette fois pour raconter les histoires de fantômes des noyés qui continuent de hanter les ruines d’Ishinomaki.

Miwa Suzuki raconte ici comment elle a vécu cette double épreuve professionnelle et personnelle : couvrir pendant un an ce qui fut à la fois une des plus terribles tragédies de l’histoire récente, tout en affrontant les pires moments de sa vie.

(Photo: AFP / Yasuyoshi Chiba)

Lire la suite...

- page 1 de 14