Making-of / les coulisses de l'info

Gourmets et cancrelats

mercredi 18 mars 2015 Témoignages


Un stand de chicharron (porc frit) à la foire gastronomique de Mistura à Lima, en septembre 2009 (AFP / Raul Garcia Pereira)

« Dans tout Péruvien, il y a un chef ou un critique gastronomique », écrit Moisés Ávila, correspondant de l'AFP à Lima. En dix ans, la scène culinaire péruvienne a radicalement changé, Lima est devenue la capitale gastronomique de l'Amérique latine et les grands restaurants, dans leurs cartes, transforment les vieilles recettes familiales péruviennes en plats de haute cuisine.

D’un autre côté, tout Péruvien a aussi sa Tía Veneno, sa « Tante Poison », la marchande ambulante du coin de la rue qui prépare dans des conditions d’hygiène que tout le monde ignore des plats que tout le monde mange, sans que personne ne meure. La possibilité de trouver de croustillantes surprises à pattes et à antennes à l’intérieur d’un casse-croûte acheté sur le trottoir existe encore...

(Photo: AFP / Raul Garcia Pereira)


Lire la suite...

Le jour où tout ce qui était rose est devenu noir

vendredi 13 mars 2015 Témoignages


Une Yazidie dans le camp de réfugiés de Bajid Kandala, au Kurdistan irakien, le 13 août 2014 (AFP / Ahmad Al-Rubaye)

Du jour au lendemain, elles ont dû tout quitter et fuir devant l'avancée du groupe Etat islamique pour échapper à la mort, au viol, à l'esclavage ou au mariage forcé. Début mars, une douzaine de jeunes femmes appartenant aux minorités chrétienne ou yazidi réfugiées à Erbil, au Kurdistan irakien, se retrouvent dans un atelier organisé par l'organisation caritative Chime for Change et animé par les journalistes Randa Habib et Mariane Pearl. L'objectif du stage est de leur enseigner les techniques narratives journalistiques pour les aider à raconter, et à mieux faire comprendre, leurs terribles histoires.

« Je mets de côté mes réflexes de journaliste et je me fie plus à mon tact et à mon intuition », raconte Randa Habib. « Il ne s’agit pas d’extraire de ces jeunes femmes de bonnes histoires à publier, mais de les mettre à l’aise, d’établir un lien qui les poussera à me confier des choses sensibles, intimes, tout simplement parce que cela leur fera du bien.»

« Quant à leurs histoires, elles me marqueront longtemps... »

(Photo: AFP / Ahmad Al-Rubaye)


Lire la suite...

Sous Gaza, dans les tunnels du Jihad islamique

jeudi 12 mars 2015 Témoignages


Un militant des brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, s'entraîne dans un tunnel sous la bande de Gaza le 3 mars 2015 (AFP / Mahmud Hams)

« Des tunnels , à Gaza, nous en avons déjà visité, photographié ou filmé des dizaines de fois », racontent Mahmoud Hams et Yahya Hassouna, journalistes basés dans l'enclave palestinienne. « Mais jusqu'ici nous n'avions pu descendre que dans les galeries reliant Gaza à l'Egypte voisine pour y voir des marchandises transiter. Aujourd'hui, pour la première fois, nous ne descendons plus dans les souterrains des contrebandiers mais dans les "tunnels de la résistance". Nous allons pénétrer dans les entrailles de Gaza pour y voir les combattants qui s’y terrent. Ceux-là même qui pendant toute la guerre de l'été dernier étaient devenus invisibles. »

(Photo: AFP / Mahmud Hams)


Lire la suite...

Un thé dans le désert

mercredi 11 mars 2015 Témoignages


La cour de la résidence royale de Dariya, le 5 mars 2015 (AFP / Jo Biddle)

« Sillonner le monde à longueur d’année en compagnie de John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, peut sembler très glamour », écrit Jo Biddle, correspondante de l'AFP au Département d'Etat à Washington. « En fait, le travail consiste le plus souvent à passer de chambre d’hôtel impersonnelle en centre de conférences impersonnel tout en espérant glaner des miettes d’information sur des négociations à huis-clos.»

« Alors, quand les Saoudiens offrent à quelques journalistes voyageant avec Kerry la possibilité d’aller voir le nouveau roi Salmane Ben Abdel Aziz dans la ville historique de Dariya, je saute sur l’occasion.»

(Photo: Jo Biddle)


Lire la suite...

Au cœur du cataclysme

mercredi 11 mars 2015 Témoignages

Coucher de soleil sur Ishinomaki le 13 avril 2011

« J’avais l’impression d’avoir été jetée dans un torrent ». En cet après-midi du 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 suivi d’un énorme tsunami viennent de frapper le Japon. Miwa Suzuki, comme ses quatorze confrères du bureau de l’AFP à Tokyo, fait face à un emballement de l’actualité sans précédent dans sa carrière. Mais pour elle, le désastre a une dimension encore plus terrible: sa ville natale, Ishinomaki, où vivent sa mère et sa sœur, a été submergée par la vague géante. Sans nouvelles de ses proches, sans possibilité immédiate de se rendre sur place, Miwa Suzuki choisit de continuer à faire son travail de journaliste, trouvant dans l’écriture de dépêches le moyen de maîtriser son angoisse. Ce n’est qu’au bout de plusieurs jours qu’elle apprend que sa mère est indemne, mais que sa sœur est portée disparue. Le corps de cette dernière sera retrouvé sous les décombres fin avril.

Pour l’AFP, Miwa Suzuki réalise des reportages poignants sur les recherches de plus en plus désespérées entreprises par sa mère à travers les refuges, les hôpitaux, puis les morgues de la région, jusqu’à la terrible nouvelle annoncée au téléphone par un policier. En février 2012, près d’un an après la catastrophe, elle revient sur place, cette fois pour raconter les histoires de fantômes des noyés qui continuent de hanter les ruines d’Ishinomaki.

Miwa Suzuki raconte ici comment elle a vécu cette double épreuve professionnelle et personnelle : couvrir pendant un an ce qui fut à la fois une des plus terribles tragédies de l’histoire récente, tout en affrontant les pires moments de sa vie.

(Photo: AFP / Yasuyoshi Chiba)

Lire la suite...

« Comédie humaine » au procès du Carlton

mardi 10 mars 2015 Témoignages


DSK à la barre, le 12 février 2015 (AFP / Benoît Peyrucq)

« C'est le rendez-vous judiciaire de l'année, trois semaines, une distribution plaqué or avec une tête d'affiche, Dominique Strauss-Kahn, un souteneur fort en gueule - Dodo la Saumure - ce qu'il faut de personnages pour une « Comédie humaine » (le flic, l'avocat, la prostituée, l'entrepreneur, l'hôtelier...), quatorze prévenus (dommage, ça aurait été mieux treize, on aurait pu imaginer une Cène) ainsi que le fin du fin des avocats pénalistes français, plus de 200 journalistes accrédités dans une affaire de proxénétisme aggravée: ce procès va faire un Car(l)ton! »

(Dessin : AFP / Benoît Peyrucq)


Lire la suite...

Perdue dans une coque de métal

lundi 9 mars 2015 Témoignages


Le porte-avions français Charles de Gaulle dans le Golfe Persique, le 26 février 2015 (AFP / Patrick Baz)

« Passer une semaine sur le porte-avions dans le Golfe? Lorsque la perspective se précise, je me crispe presque », écrit Valérie Le Roux, journaliste de l'AFP spécialisée dans les questions de défense. « Une semaine dans une "coque de métal" sur neuf "étages", à arpenter des coursives kilométriques, monter et descendre des cascades d'échelles et entendre rugir à longueur de journée des Rafale qui décollent sur le pont? De surcroît coupée du monde ou presque avec, en tout et pour tout, un accès internet et une ligne téléphonique pour tous les journalistes présents à bord ? Fi de la claustrophobie, de l'enfer en décibels, je tente le tout pour le tout et prends un avion pour Bahreïn. Je ne vais pas le regretter...»

(Photo: AFP / Patrick Baz)


Lire la suite...

Une bulle d’irréalité

jeudi 5 mars 2015 Témoignages


Une femme prend des photos dans la rue avant le défilé Fendi à Milan, le 26 février 2015 (AFP / Gabriel Bouys)

« Couvrir un défilé de mode à Milan, c’est se retrouver entassé comme des sardines avec d’autres photographes à attendre passivement que les mannequins vous passent devant », raconte Gabriel Bouys, photographe de l'AFP basé en Italie. « La photographie de rue, au contraire, c’est la chasse aux images. Et pendant la Semaine de la mode vous n’avez jamais à aller bien loin pour trouver de nouveaux modèles. »

(Photo: AFP / Gabriel Bouys)


Lire la suite...

Dans le camp de jeunesse du Hamas

mardi 3 mars 2015 Témoignages


Un jeune Palestinien rampe dans un tunnel pendant une cérémonie de fin de stage dans un camp du Hamas, le 29 janvier 2015 (AFP / Said Khatib)

Depuis qu’il a pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza en 2007, le parti islamiste Hamas organise chaque année pour les jeunes de 15 à 21 ans des « camps d’été » où il leur dispense un enseignement religieux et les forme à « la résistance » à Israël. Fin janvier, six mois après la guerre d'une semaine qui a transformé des parties entières de l'enclave en champs de ruines, un nombre record de 17.000 jeunes participent à un stage d’une semaine, encadré pour la première fois par les combattants de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam. La journaliste de l'AFP à Gaza Mai Yaghi a pu assister à la cérémonie finale, au cours de laquelle les « stagiaires » exhibent leurs prouesses devant leurs parents.

« Les jeunes recrues sont catégoriques : lors du prochain conflit, dont personne ici ne doute qu’il se produira, elles seront prêtes pour le combat », écrit-elle.

(Photo: AFP / Said Khatib)


Lire la suite...

Jeu de balle sur la ligne de front

mardi 17 février 2015 Témoignages


Des soldats ukrainiens jouent au football pendant un cessez-le-feu sur la route de Debaltseve, le 15 février 2015 (AFP / Volodymyr Shuvayev)

« Cette partie de football improvisée est un vrai moment de détente », raconte le photographe Volodymyr Shuvayev, qui assiste à cette scène à un poste de contrôle ukrainien sur la route de Debaltseve, sur la ligne de front, pendant une fragile trêve le 15 février. « Je commence à photographier. J’espère que les photos parleront d’elles-mêmes, qu’elles illustreront l’esprit d’un cessez-le-feu. C’est une image emblématique : le soldat célébrant l’arrêt des combats en jouant simplement au ballon ».

(Photo : AFP / Volodymyr Shuvayev)


Lire la suite...

Le puzzle Coulibaly

lundi 9 février 2015 Témoignages


Moussa Coulibaly, filmé par une caméra de sécurité en Turquie (AFP / Turkish Prime Minister's office)

« L’exercice s’appelle "enquête de voisinage". Cela consiste à fureter dans l’entourage d’un individu – souvent l’auteur d’un crime retentissant - pour découvrir sa biographie et sa personnalité », explique Nathalie Alonso, correspondante de l'AFP pour la banlieue ouest de Paris. « Le but, pour le journaliste, est de satisfaire au plus vite la soif soudaine d’informations du public à l’égard de quelqu’un dont, quelques heures plus tôt, personne ne savait rien. »

« Ce 3 février, je touche le gros lot : enquêter sur Moussa Coulibaly, un jeune homme de 30 ans qui vient d’agresser au couteau trois militaires devant un centre communautaire juif de Nice. »

(Photo: AFP / Bureau du Premier ministre turc)


Lire la suite...

Mes voisins les fantômes

jeudi 5 février 2015 Témoignages


Une statue du célèbre fantôme Nak dans un temple bouddhiste à Bangkok, en janvier 2015 (AFP / Christophe Archambault)

« C’est l’une des premières choses qui m’a marquée à mon arrivée à Bangkok il y a un an et demi : la façon dont les fantômes infiltrent l’existence des vivants en Thaïlande », explique Delphine Thouvenot, directrice du bureau de l'AFP dans la capitale thaïlandaise. « Les fantômes font ici partie intégrante du processus de deuil, si désincarné en Occident ».

Un gardien qui se met à chasser les fantômes en pleine journée à coups de machette sous vos fenêtres? « Il faut déménager, ou au moins faire venir des moines bouddhistes pour une cérémonie ». Un junkie couvert d’amulettes et de tatouages qui meurt d’une overdose au petit matin au coin de votre rue ? « Son fantôme va hanter le quartier »...

(Photo: AFP / Christophe Archambault)


Lire la suite...

Averses de feu à Donetsk

mardi 3 février 2015 Témoignages


Des civils tentent de se protéger pendant un bombardement sur le quartier de Kyibishevsky à Donetsk, le 30 janvier 2015 (AFP / Dominique Faget)

« Les explosions sont un bruit de fond constant à Donetsk », écrit Simon Valmary, envoyé spécial de l'AFP dans le principal bastion de la rébellion pro-russe de l'est de l'Ukraine. « Artillerie lourde, mortier, roquettes : depuis plus de neuf mois que durent les combats, les habitants de la ville tenue par la rébellion prorusse sont désormais capables de distinguer les différents types de déflagrations… Mais sans savoir, la plupart du temps, qui bombarde qui. Les civils essayent tant bien que mal de vaquer à leurs occupations quotidiennes malgré ces obus qui s’abattent n’importe quand, n’importe où, et laissent des morts sur les trottoirs.»

(Photo: AFP / Dominique Faget)


Lire la suite...

Dans la « Rue des Survivants »

mardi 27 janvier 2015 Témoignages


Une survivante de la Shoah déjeune dans la salle à manger de sa résidence à Haïfa, le 21 janvier 2015 (AFP / Menahem Kahana)

« J'ai fait comme avec ma grand-mère. J'ai approché la chaise tout près d'elle, je lui ai parlé fort et d'une voix un peu débile, comme on parle à un enfant: "ça vous plaît ici ?" et elle m'a répondu "la nourriture est bonne". Silence. "A Auschwitz je pesais 23 kilos". Silence.»

A Haïfa, dans le nord d'Israël, une centaine de rescapés de la Shoah vivent leurs derniers jours dans la « Rue des survivants », une résidence qui leur est dédiée. Dans cette émouvante colocation de la mémoire, témoigner auprès de tous -- journalistes, étudiants, soldats, groupes d'étrangers-- fait partie des activités du quotidien au même titre que le bridge ou les rendez-vous médicaux. Daphné Rousseau, journaliste de l'AFP basée à Jérusalem, s'y est rendue à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération d'Auschwitz.

(Photo: AFP / Menahem Kahana)



Lire la suite...

Je suis un kaléidoscope d’émotions

lundi 26 janvier 2015 Témoignages


Manifestation de soutien aux victimes des attentats en France, le 10 janvier 2015 sur la place Samir Kassir de Beyrouth (AFP / Anwar Amro)

« Comme beaucoup de mes compatriotes ici au Liban, pays fruit d’un formidable mélange de culture arabe et de civilisation française et occidentale, je suis remuée par des sentiments de tristesse et d’empathie par ce qui s’est produit à Paris », écrit la journaliste Rita Daou, adjointe au directeur du bureau de l'AFP à Beyrouth. « A l’image du Liban et de toute cette région mouvementée, divisée, déchirée par des conflits interminables, j’enregistre autour de moi des sentiments opposés et des réactions contradictoires. Je les partage aussi. Après avoir passé quatre ans à couvrir la guerre en Syrie, je réalise tristement qu’on ne verra jamais quatre millions personnes défiler dans les rues pour protester contre le carnage qui se poursuit. »

(Phoro : AFP / Anwar Amro)


Lire la suite...

Mort d’un vrai de vrai

jeudi 22 janvier 2015 Témoignages


jacques-ivoire-2.jpg

« Ecrire un portrait de Jacques Lhuillery est comme parcourir une route parsemée d’embranchements. Partir du personnage que je connaissais et découvrir à chaque nouvel ami interrogé, au fil des anecdotes tordantes ou douloureuses, un autre Jacques, un autre pays lointain, une autre de ses vies dont j’ignorais tout ».

Le directeur du bureau de l’AFP au Japon, mort d’un cancer à l’âge de 61 ans, avait appris le néerlandais en Arabie saoudite. Il était chaque année la vedette du mardi gras dans une petite ville du Limbourg et jouait aux boules avec un chef d’Etat africain en sirotant du pastis. Il avait été dévasté par l’assassinat en Côte d’Ivoire de son ami et confrère Jean Hélène, avant d’être grièvement blessé dans l’incendie de sa maison au Nigeria. Et il n’avait jamais perdu la gouaille, le culot et le talent de comédien qui, où qu’il se trouve, lui ouvraient toutes les portes.

(Photo : AFP / Georges Gobet)


Lire la suite...

Le Japon de Jacques Lhuillery

lundi 19 janvier 2015 Témoignages


Le mont Fuji et le lac Ashinoko à Hakone, près de Tokyo, en novembre 2013 (AFP / Toshifumi Kitamura)

Il était l'un des plus enthousiastes contributeurs de notre blog. Habitué des terrains difficiles, de l'Iran au Nigeria en passant par la Côte d'Ivoire et le Liban, il ne cessait de s'émerveiller de tout ce qu'il voyait et entendait dans ce qui devait être son dernier pays d'affectation, le Japon : l'étrange chorégraphie des employés du métro de Tokyo à chaque passage d'un train, les sons et silences bien particuliers de la mégalopole japonaise, le système déroutant de tri sélectif des ordures ménagères... Il avait été surpris par un séisme dans une taverne bavaroise, aimait à dresser d'étranges comparaisons entre la corrida et le sumo, ou encore entre Tokyo et Lagos...

Jacques Lhuillery, le directeur du bureau de l'AFP à Tokyo, vient de mourir d'un cancer à l'âge de 61 ans. Avant de rendre à ce journaliste hors pair l'hommage qu'il mérite, nous republions ici tous les articles qu'il avait écrits pour notre blog, avec l'humour et l'originalité qui le caractérisaient.

(Photo: AFP / Kazuhiro Nogi)


Lire la suite...

Boule de flipper dans la Cité du vice

vendredi 16 janvier 2015 Témoignages


Un téléviseur pendant le CES  de Las Vegas, le 8 janvier 2015 (AFP / Robyn Beck)

« Imaginez-vous en train de courir un marathon à l’intérieur d’un flipper de la taille d’une esplanade, aveuglé par des flashes et assourdi par des sonneries stridentes », écrit Glenn Chapman, correspondant technologique de l'AFP aux Etats-Unis. « Vous êtes au Consumer Electronics Show, la grand-messe annuelle du gadget électronique et de la fantaisie audiovisuelle à Las Vegas. L'événement dure une semaine. Au bout de trois jours, les journalistes commencent à tomber comme des mouches. On les aperçoit effondrés sur des canapés, ou raides endormis le front posé contre leur table de travail...»

(Photo: AFP / Robyn Beck)


Lire la suite...

Couvrir l’enfer, chez soi

dimanche 11 janvier 2015 Témoignages


Le RAID donne l'assaut contre l'épicerie où se déroule la prise d'otages, le 9 janvier 2015 (AFP / AFPTV / Gabrielle Chatelain)

« Mon métier de journaliste m’amène parfois à assister à des événements dramatiques », écrit Marianne Barriaux, journaliste de l'AFP chargée de suivre l'actualité française pour les médias anglophones. «J’ai couvert des catastrophes naturelles en Chine et le conflit en Ukraine. Mais jamais, jamais je n’aurais imaginé devoir travailler sur un bain de sang dans ma propre ville, à Paris ».

Le 9 janvier, Marianne était une des nombreux journalistes à couvrir sur le terrain la prise d'otages de l'épicerie casher de la Porte de Vincennes. Elle raconte l'envers du décor, les situations parfois surréalistes auxquelles elle a assisté, et les émotions toujours très fortes partagées avec les habitants du quartier.

(Photo : AFP / AFPTV / Gabrielle Chatelain)


Lire la suite...

Petit écolier à Charlie Hebdo

jeudi 8 janvier 2015 Témoignages


Conférence de rédaction à Charlie Hebdo en novembre 2001. De gauche à droite: Philippe Val, Oncle Bernard, Gérard Biard, Cavanna, Tignous, Honoré (AFP / François Guillot)

« Ils étaient tous là, assis autour d'une grande table, à grignoter du chocolat Côte d'Or et des Petit Ecolier, en faisant des dessins. Eux, c'était les journalistes, les dessinateurs de Charlie Hebdo. J'avais 20 ans, j'étais étudiant en histoire, et je crois que ça m'a rassuré qu'ils mangent du chocolat, que des journalistes mangent du chocolat par tablettes entières dès 11 heures du matin»...

En 1996, Karim Talbi, actuellement adjoint au directeur du bureau de l'AFP à Moscou, démarre sa carrière de journaliste par un stage à Charlie Hebdo. « Les dessinateurs de Charlie sont plus que mes amis, ils ont été ma première famille journalistique, celle avec laquelle on ne peut pas se fâcher».

(Photo: AFP / François Guillot)


Lire la suite...

- page 1 de 13