Making-of / les coulisses de l'info

Du conte de fées au mauvais polar

jeudi 18 septembre 2014 Témoignages


Haruko Obokata en larmes pendant une conférence de presse à Osaka le 9 avril 2014 (AFP / Jiji Press)

C'est l'histoire d'une jeune chercheuse japonaise qui rêve d'un prix Nobel et fait une découverte scientifique extraordinaire. Son parcours est brillant, ses travaux promettent de révolutionner la médecine régénérative. Et en plus, elle est « kawaï » (mignonne). D’un seul coup, tout le Japon se met à adorer Haruko Obokata.

Sept mois plus tard. Mme Obokata est forcée de travailler sous la surveillance permanente de caméras et d’observateurs indépendants pour prévenir toute tricherie dans ses recherches. Elle a été mise au supplice pendant trois heures devant une horde de reporters vindicatifs et déchaînés. Elle a dû se prosterner devant eux et, en larmes, se confondre en excuses. Ses articles de recherche ont été retirés. Et son directeur de recherches s’est suicidé.

Voici la saga des « cellules Stap ». Un conte de fées qui vire au mauvais polar...

(Photo: AFP / Jiji Press)


Lire la suite...

Photographier la guerre

vendredi 12 septembre 2014 Témoignages


Un soldat de l'armée sierraléonaise à Masiaka, à l'ouest de Freetown, en mai 2000 (AFP / Issouf Sanogo)

La photo de guerre est un genre à part du photojournalisme. Elle demande du courage pour aller au plus près de l’action. Elle exige de grandes qualités humaines pour comprendre les mentalités guerrières. Elle nécessite du sang-froid pour évaluer la dangerosité. Elle requiert de la détermination pour témoigner et porter un regard distancié sur les conflits.

Dans le livre « Photos de guerre – L’AFP au cœur des conflits » d'Yves Gacon, six photographes de l’AFP de différentes nationalités témoignent. Certains ont vécu la guerre dès leur enfance. D’autres l’ont découverte lors de missions d’envoyés spéciaux. Mais tous ont été volontaires pour aller sur le terrain, pour y vivre une expérience exaltante, ressentir l’adrénaline qui monte face au danger. Extraits.

(Photo: AFP / Issouf Sanogo)


Lire la suite...

La lettre de l’assassin

mercredi 10 septembre 2014 Témoignages


La lettre du tueur Anders Behring Breivik reçue le 5 septembre 2014 par le correspondant de l'AFP à Oslo Pierre-Henry Deshayes (AFP / Pierre-Henry Deshayes)

« En un an, j'ai reçu trois lettres d'Anders Behring Breivik », témoigne Pierre-Henry Deshayes, correspondant de l'AFP à Oslo. « Un simple coup d'œil sur le pli me suffit dorénavant à identifier l'expéditeur. Il y a cette adresse manuscrite, cette écriture en majuscules, propre, reconnaissable entre toutes et dont la vue me glace le sang. »

Se pose alors une question difficile : un journaliste doit-il rendre compte, ou non, de ces lettres écrites par un extrémiste de droite qui a massacré 77 personnes en Norvège le 22 juillet 2011? D'un côté, il y a le danger d'offrir à l'assassin une tribune pour diffuser ses messages de haine. De l'autre, l'intérêt considérable que suscite Breivik parmi ceux qui cherchent à comprendre comment la paisible Norvège a pu enfanter un tel monstre, et de quoi ce monstre est-il fait.

(Photo: AFP / Pierre-Henry Deshayes)


Lire la suite...

A la recherche de la potion magique

mardi 9 septembre 2014 Témoignages


Début de la cérémonie du yagé à La Calera, en Colombie, le 9 août 2014 (AFP / Eitan Abramovich)

« Le jour où on m’a demandé de réaliser un reportage sur le yagé, un breuvage aux propriétés hallucinogènes utilisé depuis des millénaires par les indigènes de l’Amazonie et des Andes et qui est en train de devenir un phénomène urbain, je pensais qu’il serait facile de m’en procurer quelque part à Bogotá », écrit Ariela Navarro, correspondante de l'AFP dans la capitale colombienne. « Mais je n’allais pas tarder à découvrir pourquoi il a fallu un livre entier à l’écrivain américain William Burroughs pour raconter sa quête du yagé en Colombie dans les années 1950 »...

(Photo : AFP / Eitan Abramovich)


Lire la suite...

Au Golan, la guerre comme au spectacle

vendredi 5 septembre 2014 Témoignages


Un soldat de l'armée syrienne tire sur des rebelles près du poste-frontière de Quneitra, sur le plateau du Golan, le 1er septembre 2014 (AFP / Menahem Kahana)

Sur le plateau du Golan, une féroce bataille oppose des soldats de l’armée syrienne loyale au président Bachar al-Assad à un groupe de rebelles du front Al-Nosra. Elle se déroule à l’aube du 1er septembre près du poste-frontière de Quneitra, à quelques mètres de la clôture barbelée qui sépare la zone sous contrôle syrien de celle sous contrôle israélien.

« J’assiste à ces combats depuis un bunker désaffecté de l’armée israélienne, situé à cent mètres de la ligne de démarcation », écrit l'auteur de cette image, le photographe de l'AFP à Jérusalem Menahem Kahana. « J’ai sous mes yeux une véritable scène de guerre, mais en même temps elle se déroule comme dans un autre monde. Personne ne s’en prend à moi, personne ne s’intéresse à ce qui se passe de mon côté de la frontière.  J’ai l’impression bizarre d’être au cinéma…»

(Photo: AFP / Menahem Kahana)


Lire la suite...

Au lit avec Ebola

vendredi 5 septembre 2014 Témoignages


Un travailleur de MSF dans le centre médical de Kailahun, le 15 août 2014 (AFP / Carl de Souza)

« Quand il est quatre heures du matin et qu’on se trouve au cœur d’une "hot zone" d’Ebola, qu’on se sent tout rouge, un peu crevé et qu’une éruption urticante à la cheville est en train de se développer, on devient une proie facile pour la paranoïa... »

«Hot zone » est un terme par lequel les virologues désignent le foyer d’un danger biologique de niveau quatre, à savoir le type de pathogène capable d’exterminer des civilisations entières, explique Frankie Taggart, qui s'est rendu avec une équipe de l'AFP dans l'est de la Sierra Leone, une région ravagée par le virus Ebola. Un endroit reculé, où presque tout le monde a été en contact proche avec la maladie et devient, du coup, un ennemi potentiel...

(Photo: AFP / Carl de Souza)


Lire la suite...

Un morceau de bonheur arraché à l’enfer

mercredi 3 septembre 2014 Témoignages


La présidente des Grand-mères de la Place de Mai Estela de Carlotto et son petit-fils Guido, le 8 août 2014 à Buenos Aires (AFP / Leo La Valle)

Pendant 36 ans, il a cru s'appeler Ignacio Hurban. Et puis, au mois d'août dernier, il a découvert qu'il était en fait Guido Montoya Carlotto, que sa mère l'a mis au monde enchaînée dans un hôpital militaire avant d'être assassinée, et qu'il est l'un des 500 enfants volés pendant la dictature militaire argentine. Alors qu'il retrouve sa véritable grand-mère, la présidente des célèbres Grand-mères de la Place de Mai Estela de Carlotto, il découvre enfin d'où lui vient cette passion pour la musique, complètement étrangère à ceux qu'il croyait être ses parents, et qui l'a poussé à composer une chanson à la mémoire des 30.000 disparus sous la dictature sans savoir qu'il était lui-même l'un d'eux: son véritable père et son grand-père étaient d'éminents saxophonistes...

Liliana Samuel, correspondante de l'AFP à Buenos Aires, couvre les questions liées aux droits de l'homme dans son pays depuis plus de trente ans. Elle explique comment cette incroyable histoire, véritable cauchemar devenu conte de fées, est un puissant symbole d'espoir qui est allé droit au cœur des Argentins.

(Photo: AFP / Leo La Valle)


Lire la suite...

Un homme de plus dans un monde sans femmes

jeudi 28 août 2014 Témoignages


Une Afghane en juin 2014 dans les ruines de Deh Saqi, un village dévasté par les talibans à la fin des années 1990 (AFP / Shah Marai)

« Il est tard dans la nuit, ici au bureau de Kaboul », écrit Anuj Chopra, journaliste de l'AFP basé à Hong Kong et envoyé spécial en Afghanistan. Je suis en train de parcourir mon carnet de notes écorné, et je peste contre l’un des pires obstacles auxquels je suis confronté ici dans mon métier de reporter de guerre : le fait d’être un homme ».

Comme la vie en général, le reportage de guerre est prodigieusement incomplet sans perspective féminine. Mais comment apporter cette perspective dans un pays où, pour un journaliste homme, avoir accès à des interlocuteurs femmes est pratiquement impossible?

(Photo: AFP / Shah Marai)


Lire la suite...

L’aéroport de Gaza ou le rêve en ruines

mardi 26 août 2014 Témoignages


Un enfant cueille des fleurs dans l'ancien aéroport de Gaza, le 18 août 2014 (AFP / Thomas Coex)

L'aéroport international de Gaza était un peu l'accomplissement d'un rêve pour les Palestiniens, une porte ouverte sur le monde en même temps qu'un puissant symbole de souveraineté. Ouvert en décembre 1998, alors que tous les espoirs de paix semblaient permis au Proche-Orient, il restera à peine deux ans en activité, et finira détruit par une série de raids israéliens. Le photographe de l'AFP Thomas Coex, qui avait pris des images de l'aéroport il y a quatorze ans, est retourné sur place en pleine guerre entre Israël et le Hamas.

(Photo: AFP / Thomas Coex)


Lire la suite...

James Foley, l'humaniste courageux

mercredi 20 août 2014 Témoignages


James Foley sur la route de l'aéroport de Syrte, en Libye, le 29 septembre 2011 (AFP / Aris Messinis)

James Foley était un journaliste courageux qui n'hésitait pas à se rendre dans les endroits les plus dangereux pour raconter les histoires de civils pris dans le chaos de la guerre. Le reporter américain de 40 ans, qui collaborait régulièrement avec l'AFP, avait été pris en otage en novembre 2012 en Syrie. Il a été exécuté par les jihadistes extrémistes de l'Etat islamique (EI) qui ont diffusé la terrible vidéo de sa mort.

Dave Clark, responsable du desk anglais de l'AFP pour l'Amérique du Nord à Washington et qui lui-même travaillé dans de nombreux conflits armés, a rassemblé les témoignages sur un journaliste courageux et imprégné de valeurs humanistes. 

(Photo: AFP / Aris Messinis)

Lire la suite...

Dans les entrailles de la « favela verticale »

mardi 12 août 2014 Témoignages


La Tour de David à Caracas, le 6 août 2014 (AFP / Juan Barreto)

Ce devait être le plus grand centre financier de Caracas. C’est devenu une véritable favela verticale squattée par trois mille personnes. Bienvenue à la Torre de David, un monstre de béton de 195 mètres de haut dont la carcasse inachevée domine le quartier d’affaires de Candelaria depuis plus de vingt ans. Le reporter Gerardo Guarache Ocque a pu visiter ce gratte-ciel-bidonville de 45 étages, qui a commencé à être évacué par les autorités.

(Photo: AFP / Juan Barreto)




Lire la suite...

A Gaza, au milieu des enfants de la guerre

vendredi 1 août 2014 Témoignages


000_Nic6350004_m.jpg

Sara Hussein, journaliste de l’AFP au Moyen-Orient, a récemment terminé une mission de 13 jours à Gaza, où plus de 1.500 Palestiniens ont été tués, dont plus de 240 enfants, selon l’Unicef. (AFP/Marco Longari)



Lire la suite...

Interviewer un robot sans disjoncter

mercredi 16 juillet 2014 Témoignages


le président de Softbank Masayoshi Son montre le robot Pepper le 5 juin 2014 à Tokyo (AFP/Toru Yamanaka)

« Dans ma carrière de journaliste sportif, j’ai rencontré beaucoup de robots », raconte Alastair Himmer, correspondant sportif et "lifestyle" de l'AFP au Japon. « Pas des vrais, mais des dizaines d’athlètes  obéissant comme des automates aux instructions de leurs attachés de presse en costume gris, soucieux d’éviter tout propos susceptible de prêter un tant soit peu à controverse. Quand les chefs du bureau de l’AFP à Tokyo ont eu l’idée d’interviewer « Pepper », le robot humanoïde dont tout le monde parle en ce moment, c’est donc tout naturellement qu’ils m’ont désigné pour ce travail. »

(Photo: AFP / Toru Yamanaka)


Lire la suite...

Suarez, le héros enragé

mercredi 2 juillet 2014 Témoignages


Luis Suarez célèbre un but contre l'Angleterre à São Paulo, le 19 juin 2014 (AFP / Ben Stansall)

« Notre petit pays était au pied de son héros. Nous lui avions délivré le titre de Grand Homme, de roi. Nous le vénérions et lui jurions amour éternel...»

Une semaine plus tard, l'attaquant Luis Suarez revenait en paria avec sa famille en Uruguay, expulsé du Mondial, frappé d'infamie pour avoir mordu un adversaire. La rédactrice en chef de l'AFP pour l'Amérique latine, l'Uruguayenne María Lorente, raconte ce traumatisme national dont elle ne se remet toujours pas. « C’est que le football en Uruguay fait figure de religion. Comme m’a dit un collègue, les supporteurs sont joueurs, les joueurs sont supporteurs. Et l’amour de Dieu est inconditionnel. On n’essaie pas de comprendre un dieu ».

(Photo: AFP / Ben Stansall)


Lire la suite...

Femme journaliste au paradis de la testostérone

mardi 1 juillet 2014 Témoignages


FBL-WC-2014-MATCH26-HON-ECU

"C’est probablement l’aspect de mon travail de JRI (journaliste reporter d’images) que je redoute le plus pendant ce mondial", confie Céleste Jones, reporter vidéo basée à Montevideo et envoyée spéciale au Brésil. "J’étais bien moins anxieuse avant d’aller couvrir une manifestation à São Paulo qu’à l’idée de filmer toute seule un groupe d’hommes dans un bar. Car je sais qu’à chaque fois on me traite avant tout comme une femme plutôt que comme une journaliste."

(Photo: AFP / Gabriel Bouys)


Lire la suite...

Diplomatie « secrète » à l’ère Twitter

vendredi 27 juin 2014 Témoignages


John Kerry tient une conférence de presse à l’ambassade ultra sécurisée des Etats-Unis de Bagdad, le 23 juin 2014  (AFP/ Brendan Smialowski)

A l’époque de Twitter, des infos en continu et des réseaux sociaux, la visite du secrétaire d’Etat américain John Kerry à Bagdad le 23 juin aura sans doute été un des secrets diplomatiques les moins bien gardés, raconte Jo Biddle, correspondante de l'AFP au Département d'Etat à Washington.

(Photo: AFP / Brendan Smialowski)


Lire la suite...

Le « door-stepping » : un sport à risques

mercredi 25 juin 2014 Témoignages


Une journaliste iranienne tente de door-stepper un membre de la délégation de son pays (AFP / Michel Sailhan)

Que faire quand on est chargé de couvrir des négociations internationales ultra-sensibles dans un palace fortifié d'où rien ne filtre ? Une des solutions retenues par les médias est le « door-stepping ». En français: « faire les couloirs », ou « faire le siège »,  ou encore « interroger des personnalités à l’arrache, sans préavis » (le terme n’est pas facile à traduire). Une technique totalement empirique et aléatoire. Un art disent certains. Une activité souvent physique et non sans risques, selon d’autres.

Illustration par Michel Sailhan à Vienne, où se déroulait récemment un nouveau round des interminables négociations sur le nucléaire iranien.

(Photo: AFP / Michel Sailhan)


Lire la suite...

Gangsters sans image

mardi 24 juin 2014 Témoignages


Des membres de la Pandilla 18 dans le pénitencier Nacional au Honduras, en août 2013 (AFP / Orlando Sierra)

Le 15 juin, la France bat le Honduras 3-0 lors de la Coupe du Monde de football au Brésil. Le correspondant de l'AFP à Tegucigalpa, Noé Leiva, a l'idée d'aller suivre le match dans un endroit pour le moins inhabituel: le bloc « Escorpión » du pénitencier Nacional, où sont enfermés 250 membres de la Pandilla 18, un des gangs les plus dangereux du Honduras. Mais les autorités pénitentiaires refusent la présence d'un photographe et d'une reporter vidéo.

« Sur la plupart des photos d'archives, on peut voir des membres du gang menottés, couchés par terre, dépouillés de leurs vêtements par les forces de sécurité afin que l’objectif du photographe capte bien les tatouages, qui symbolisent leur statut de criminels », écrit Noé Leiva. «Je repars avec la gorge serrée. Car ce jour-là, nous avons manqué une occasion de les montrer tels qu’ils sont réellement : des garçons sans avenir, réduits au désespoir par la pauvreté extrême et la violence.»

(Photo: AFP / Orlando Sierra)


Lire la suite...

Un autre D-Day, 70 ans après

mardi 17 juin 2014 Témoignages


leonneal-15.jpg

« Lors d'un événement comme le 70ème anniversaire du débarquement de Normandie, un photographe est généralement choisi pour être de pool », explique Leon Neal, photographe de l'AFP à Londres qui a couvert les commémorations le 6 juin. « Il jouit d’un accès spécial et de positions privilégiées, en échange de quoi il doit partager ses images avec les autres médias et agences de presse. Pour moi, cela suppose un emploi du temps particulièrement serré ».

Les choses se compliquent lorsque tout à coup, s'aperçoit qu'on a égaré toutes les accréditations de presse sans lesquelles il est impossible de travailler...

(Texte et photos issus du blog personnel leonneal.com)


Lire la suite...

A l'affût sur la butte aux espions

vendredi 13 juin 2014 Témoignages


L'équipe d'Argentine pendant un entraînement à Cidade do Galo, près de Belo Horizonte (AFP / Juan Mabromata)

« On ne sait pas trop qui a découvert cette butte en premier mais pour la presse argentine, elle est une mine d’or, un don du ciel, la bénédiction, le salut », écrit Mariano Andrade, envoyé spécial à Belo Horizonte pour la Coupe du Monde 2014. « Car en Argentine, tout le monde veut connaître les moindres faits et gestes de l’équipe "albiceleste", alors que la majorité de ses entraînements se déroulent à huis-clos. Pour nourrir tant bien que mal l’inépuisable soif d’informations dans leur pays, les photographes et reporters argentins s’installent donc sur la butte dès les petites heures du matin pour espionner leur sélection nationale, qui s'entraîne à 500 mètres en contrebas.. »

(Photo: AFP / Juan Mabromata)


Lire la suite...

- page 1 de 11