Making-of / les coulisses de l'info

Photographie : aux frontières de l’acceptable

vendredi 20 février 2015 Décryptages


Une photo très vraisemblablement truquée, diffusée par l'agence coréenne KCNA en 2013, rejetée par l'AFP après analyse (AFP / KCNA)

L'image ci-contre n'a jamais été diffusée par l'AFP. Publiée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA en 2013, elle est censée montrer des manœuvres militaires dans l'est du pays. L'analyse à l'aide d'un logiciel spécialisé des traînées des missiles et des fumées révèle une accumulation d'anomalies trahissant des manipulations de nature indéterminée. Il s'agit donc, selon toute probabilité, d'une image truquée.

Il s'agit d'un cas extrême. Mais la fraude en photographie n'est pas le monopole de la Corée du Nord, de la Syrie ou des groupes de propagande extrémistes en tout genre. Le 12 février dernier, la disqualification pour cause d’images trafiquées d’un nombre sans précédent de participants au concours World Press Photo 2015 a ravivé un vieux débat : où se situe la frontière, en photojournalisme, entre l’effet artistique et la fraude ?

(Photo : AFP / KCNA)


Lire la suite...

A distance respectable

lundi 16 février 2015 Décryptages


Le photographe de l'AFP Saul Loeb ajuste ses appareils télécommandés avant une conférence de presse conjointe Obama-Merkel à la Maison-Blanche, le 9 février 2015 (photo: Ken Cedeno)

« Les journalistes sont confrontés à un grand nombre de restrictions quant aux moments et aux endroits où ils peuvent photographier le président des Etats-Unis », explique Saul Loeb, photographe de l'AFP accrédité à la Maison-Blanche. « Pour la plupart des événements, nous ne pouvons travailler qu’à l’intérieur des espaces qui nous ont été assignés. Nos mouvements sont limités, et du coup cela limite aussi nos choix pour prendre des images ».

« Une des techniques pour contourner ce problème consiste à placer des appareils télécommandés aux endroits où nous ne pourrons nous trouver physiquement. En utilisant des mini-trépieds et des pinces spécialement conçues pour cet usage, nous pouvons placer des appareils photo à peu près n’importe-où ».

(Photo: Ken Cedeno)


Lire la suite...

Massacres dans le black-out

vendredi 30 janvier 2015 Décryptages


Une vidéo publiée le 9 novembre 2014 par Boko Haram montre des militants du groupe djihadiste parader dans un ville non identifiée du Nigeria (AFP / Boko Haram)

Près d'un mois après un massacre à grande échelle perpétré par Boko Haram à Baga, dans le nord-est du Nigeria, il est toujours impossible d'établir un bilan exact, ou même approximatif, de cette atrocité. Le chiffre de 2.000 morts a été avancé, mais il demeure impossible à vérifier.

« En Occident, lorsqu’un drame survient, nous apprenons pratiquement en temps réel le nombre exact de morts et de blessés », explique Phil Hazlewood, le directeur du bureau de l'AFP à Lagos. « Nous sommes habitués aux chiffres précis, aux déclarations fiables ». Rien de comparable ne peut se produire au Nigeria, où des zones entières du pays sont trop dangereuses pour pouvoir s'y risquer, et où l'information digne de foi et immédiate n’existe tout simplement pas.

« Voilà sans doute une partie de la réponse qu’on peut apporter à tous ceux qui se demandent pourquoi le Nigeria n’occupe pas une place plus grande dans l’actualité internationale, pourquoi le massacre de Baga a fait moins parler de lui que les attentats de Paris ».

(Photo: AFP / Boko Haram)


Lire la suite...

Garder le contact, après l’histoire

mercredi 28 janvier 2015 Décryptages


Des rebelles syriens emportent le corps de l'un d'entre eux, tué dans une fusillade dans le Krak des Chevaliers, en juillet 2012 (AFP / Djilali Belaïd)

« Quand il s’agit d’entrer clandestinement dans un pays en guerre, avoir une confiance totale en celui qui vous fait franchir la frontière est essentiel. Au moindre doute, il faut renoncer. Ce genre de relation de confiance, dans les situations dangereuses, crée un lien personnel très fort entre le journaliste et son contact. Ainsi qu’un sens du devoir quand ce contact, plus tard, vient vous demander de l’aide.»

Plusieurs mois après une dangereuse expédition dans le Krak des Chevaliers en proie à de violents combats entre l'armée syrienne et la rébellion, le reporter vidéo Djilali Belaïd apprend que la personne qui lui a permis de réaliser cette mission mémorable a été grièvement blessée et, hospitalisée au Liban, a besoin d'aide. Que faire? Si, après chaque reportage on devait voler au secours de tous ceux qui vous ont donné un coup de main, on ne s’en sortirait pas. Mais on s'attache si facilement aux gens que l'on rencontre sur les terrains de guerre...

(Photo : AFP / Djilali Belaïd)


Lire la suite...

Anges gardiens du direct

mardi 20 janvier 2015 Décryptages


Le car de l'AFPTV devant la Tour Eiffel, le 8 janvier 2015 (AFP)

Après la tuerie à Charlie Hebdo le 7 janvier, une chasse à l'homme intense commence à Paris et dans les environs pour retrouver les deux auteurs de l'attaque. Pendant deux jours, Sébastien Paquet et Reda Khoucha suivent les forces de l'ordre à la trace, dormant à la dure, s'alimentant de sandwiches achetés dans des stations-service et communiquant à peine avec leurs familles. Rien de plus normal pour des journalistes, direz-vous...

Sauf que ni l'un ni l'autre ne sont journalistes. Ils font partie d'une équipe de six techniciens vidéo qui, depuis l'attentat contre l'hebdomadaire jusqu'à la "marche républicaine" historique à Paris quatre jours plus tard travailleront jour et nuit pour rendre possible la couverture télévisée en direct des événements par l'AFP. Emma Charlton raconte comment ces travailleurs de l'ombre ont vécu, aux côtés des journalistes, ces journées dramatiques aux rebondissements incessants.


Lire la suite...

Regards croisés sur une marée humaine

mardi 13 janvier 2015 Décryptages


La place de la République à Paris pendant la manifestation du 11 janvier 2015 (AFP / Kenzo Tribouillard)

Depuis un hélicoptère, au milieu des manifestants ou du côté des personnalités : trois des photographes de l'AFP qui ont participé, le 11 janvier, à la couverture de la "marche républicaine" après les attentats contre Charlie Hebdo et une épicerie casher, Kenzo Tribouillard, Joël Saget et Eric Feferberg, racontent chacun un aspect différent de leur travail.

(Photo: AFP / Kenzo Tribouillard)


Lire la suite...

Telenovela à la CGT

vendredi 9 janvier 2015 Décryptages


Thierry Lepaon en octobre 2012, alors qu'il était représentant de la CGT au Conseil économique et social (AFP / Joël Saget)

« Au cours d’un voyage au Costa Rica, j’ai découvert Dos mujeres un camino, un feuilleton kitchissime qui captivait le pays au point de stopper pratiquement toute activité lorsqu’il était diffusé », raconte Charlotte Hill, journaliste au service des informations sociales de l'AFP à Paris. « Impossible de ne pas trouver des points communs entre cette série et ce que nous avons vécu pendant des semaines, ici au service des informations sociales de l’AFP : une intrigue progressant à la vitesse d'un escargot et pas toujours d'une clarté totale. »

Cette telenovela bien française, c'est l'affaire Thierry Lepaon, du nom du chef du puissant syndicat CGT au cœur d'une interminable tourmente.

(Photo: AFP / Joël Saget)


Lire la suite...

Invité à la CIA

mercredi 17 décembre 2014 Décryptages


Le blason de la CIA gravé dans le sol du hall d'entrée de son quartier général à Langley, en 2008 (AFP / Saul Loeb)

Pour la toute première fois de son histoire, le 11 décembre, la CIA organise dans son quartier général de Langley, en Virginie, une conférence de presse retransmise en direct à la télévision. Le directeur de la puissante agence d'espionnage américaine, John Brennan, veut s'expliquer après la publication d'un rapport officiel accablant sur les tortures pratiquées sur les détenus soupçonnés de terrorisme après les attentats du 11 septembre.

« Etrangement, l’ambiance ressemble un peu à celle d’un mariage », raconte le correspondant de l'AFP à Washington Dan De Luce, un des journalistes triés sur le volet pour assister à cet événement sans précédent. « Il y a des hôtes et des invités, et les hôtes sont inquiets : comment tous ces gens extérieurs à la famille vont-ils se comporter ? »

(Photo : AFP / Saul Loeb)


Lire la suite...

Augmenter le coût du mensonge

mardi 25 novembre 2014 Décryptages


Graffiti à Buenos Aires en octobre 2014 (AFP / Peter Cunliffe-Jones)

Le fact-checking est une forme de journalisme relativement nouvelle qui consiste non seulement à rapporter de façon honnête ce que les gens disent, mais aussi à enquêter de façon approfondie pour vérifier si ce qu’ils disent est vrai, s’ils exagèrent ou s’ils mentent. Après avoir pris son essor aux Etats-Unis au milieu des années 2000, cette discipline commence à se répandre en Amérique latine et en Afrique. Deux régions où les doutes sur la sincérité des politiciens et sur la capacité des médias traditionnels à dévoiler leurs mensonges sont endémiques, raconte Peter Cunliffe-Jones, journaliste à l'AFP et directeur du premier site indépendant de fact-checking africain, Africa Check.

(Photo: Peter Cunliffe-Jones)


Lire la suite...

Guerre feutrée entre vaticanistes

jeudi 20 novembre 2014 Décryptages


Le pape François salue les évêques à la fin d'une audience hebdomadaire au Vatican, le 8 octobre 2014 (AFP / Andreas Solaro)

On connaissait les tensions, au sein de l'Eglise catholique, entre prélats conservateurs et "modernistes" depuis l'arrivée du pape François. On sait moins que ces tensions existent aussi entre vaticanistes, ces journalistes chargés de couvrir au quotidien l'actualité du Saint-Siège. Une guerre feutrée que décrypte le correspondant de l'AFP au Vatican, Jean-Louis de la Vaissière.

(Photo: AFP / Andreas Solaro)


Lire la suite...

Découpeurs de corps humains

lundi 20 octobre 2014 Décryptages


cerveau-gros-plan.jpg

Dans leurs sombres bureaux, Volkmar Meier et son équipe dissèquent des corps humains. En fonction de leurs besoins du jour, ils ne gardent que le foie, le cœur, une partie du squelette ou encore le système nerveux. Il leur arrive aussi de mettre en lumière les organes qu’ils extraient à l'aide de textures ou couleurs, de leur inoculer le virus d’Ebola, le cancer, ou encore d’inciser les ligaments des genoux.

Bienvenue au service infographie de l'AFP.


Lire la suite...

Drapeau noir sur Kobané

mardi 7 octobre 2014 Décryptages


Des combattants du groupe Etat islamique se tiennent à côté d'un drapeau de leur organisation au sommet d'une colline surplombant Kobané, le 6 octobre 2014 (AFP / Aris Messinis)

Des combattants montent la garde, sous le drapeau noir du groupe Etat islamique, au sommet d’une colline à l’est de la ville de Kobané, en Syrie. Cette image a été prise le lundi 6 octobre en début d’après-midi par le photographe de l’AFP Aris Messinis depuis le village turc de Mürșitpinar, juste de l’autre côté de la frontière. Sa composition étrange, et notamment le fait que les silhouettes des militants aient l’air disproportionnées par rapport aux autres éléments de la scène, a soulevé des doutes chez certains clients de l’AFP qui ont appelé l’agence pour s’assurer qu'elle est authentique.

Elle l'est. Voici les explications.

(Photo : AFP / Aris Messinis)


Lire la suite...

La mort à l’écran : éditer les images d’horreur

lundi 29 septembre 2014 Décryptages


Une éditrice au travail au desk photo de l'AFP pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Nicosie, le 26 septembre 2014 (AFP / Florian Choblet)

« La détresse de l’éditeur est différente de celle du reporter de guerre. Le second est sur le terrain, il est soumis au risque, aux poussées d’adrénaline et voit l’horreur dans toute sa réalité. Le premier regagne son foyer tous les soirs et doit concilier sa vie de famille avec les réminiscences des images insoutenables qu’il a vu défiler sur son écran toute la journée durant, sans que personne ne puisse vraiment comprendre ce qu’il ressent. »

Au quartier général de l'AFP pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, à Nicosie, les éditeurs photo et vidéo sont chargés d'examiner attentivement les images en provenance de Syrie, d’Irak, de Gaza, de Libye et d’autres points chauds de la région. Corps mutilés, enfants blessés hurlant de douleur, décapitations d'otages: une grande partie de ce matériel ultra-violent, impropre à la publication selon les critères de l’AFP, part à la poubelle. Mais non sans avoir infligé des chocs à répétition aux journalistes qui l’ont visionné.

(Photo : AFP / Florian Choblet)


Lire la suite...

Couvrir l’ « Etat islamique »

mercredi 17 septembre 2014 Décryptages


Dans une vidéo publiée le 2 septembre 2014, un militant de l'organisation Etat islamique (EI) agite un couteau devant la caméra avant de décapiter le journaliste américain Steven Sotloff (AFP / Site Intelligence Group / HO)

Les conflits en Syrie et en Irak, l’émergence de l’organisation « Etat islamique » (EI) et d’autres groupes djihadistes extrémistes au Moyen-Orient et en Afrique soulèvent de nombreuses interrogations à la fois sur le plan éditorial et éthique

Les enlèvements et assassinats de journalistes, le déferlement d’images de propagande toutes plus effroyables les unes que les autres entraînent, que nous le voulions ou non, des changements dans nos procédures de travail, une évolution de nos règles de fonctionnement. Avec la difficulté permanente de garder l’équilibre entre le devoir d’informer et la nécessité d’assurer la sécurité de nos reporters, le souci de préserver la dignité des victimes exhibées par les extrémistes, et la nécessité de ne pas servir de relais à une propagande haineuse et ultraviolente.

La directrice de l'information de l'AFP, Michèle Léridon, explique ce que les événements des derniers mois ont changé dans l’environnement de travail d’une agence de presse internationale comme l’AFP, et comment nous réagissons à ces changements.

(Photo: AFP / Site Intelligence Group / HO)


Lire la suite...

De la meute à l’émeute

mardi 8 juillet 2014 Décryptages


'Gang bang' autour du ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zangeneh, le 15 septembre 2004 au siège de l'Opep à Vienne (AFP / Joe Klamar)

Ne serait-ce qu’à la télévision, tout le monde a déjà vu une « meute » de journalistes s’agglutiner autour d’une personnalité pour la photographier, la filmer, l’enregistrer. « Meute » n’est toutefois pas le terme le plus approprié. Dans une meute, on suppose que les participants, que ce soient des chiens ou des supporteurs de football, communient dans la ferveur et se soutiennent mutuellement. Alors que dans la meute journalistique, c’est tout le contraire. Les anglo-saxons, eux, désignent le phénomène par le terme de « media scrum » (« mêlée médiatique »). Mais là aussi l’expression n’est pas idéale. Car contrairement à son équivalent en rugby, la mêlée en journalisme ne connaît pas de règle...

Petit manuel illustré de frénésie journalistique absurde par Roland de Courson, l'éditeur du blog Making-of.

(Photo: AFP / Joe Klamar)


Lire la suite...

Morsure et feu de l’action

lundi 30 juin 2014 Décryptages


Le défenseur italien Giorgio Chiellini (à g.) exhibe l'apparente morsure infligée par l'attaquant uruguayen Luis Suarez (à d.) lequel se tient les dents (AFP / Yasuyoshi Chiba / Daniel Garcia)

Pendant un match de coupe du monde, chaque photographe prend entre 500 et 600 photos. Une frénésie telle qu’il leur est souvent impossible de savoir ce qui est en train de se passer sur le terrain. Ainsi, quand l’Uruguayen Luis Suarez a mordu l’Italien Giorgio Chiellini, dans ce qui restera l’un des incidents les plus spectaculaires de ce Mondial 2014, les quatre photographes de l’AFP présents dans le stade de Natal ont bien remarqué qu’il se passait quelque chose d’inhabituel au sein de la défense italienne, mais sans savoir exactement quoi...

Leila Macor, journaliste basée au quartier général de l'AFP pour l'Amérique latine à Montevideo, raconte comment les photographes de l'AFP ont couvert cette scène incroyable.

(Photos: AFP / Yasuyoshi Chiba - Daniel Garcia)


Lire la suite...

Que faire des photos effroyables d’Irak ?

mercredi 18 juin 2014 Décryptages


Une image publiée sur un site web djihadiste le 14 juin 2014 montre des militants de l'EIIL exécutant des membres des forces de sécurité irakiennes dans la province de Salaheddin, en Irak (AFP / HO / Welayat Salahuddin)

Ces terribles images montrent des militants de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL) exécutant des soldats ou des membres des forces de sécurité quelque part dans la province de Salaheddin, en Irak. Elles ont été récupérées le 14 juin et les jours suivants sur des sites web ou des comptes Twitter de la mouvance djihadiste, et diffusées par l’AFP et d’autres agences internationales à leurs clients.

Faut-il montrer ces photos, qui relèvent clairement de la propagande extrémiste ? Pour l’AFP, la réponse est oui. Mais pas sans prendre les plus extrêmes précautions pour s’assurer qu’elles n’ont pas été truquées, et éliminer celles qui relèvent uniquement de la violence gratuite, sans valeur informative, explique Roland de Courson, éditeur du blog AFP Making-of.

(Photo: AFP / HO / Welayat Salahuddin)


Lire la suite...

La chasse au bobard mortel

jeudi 5 juin 2014 Décryptages


Campagne de sensibilisation contre les rumeurs à Yenagoa, au Nigeria, en avril 2013 (AFP / Pius Utomi Ekpei)

En journalisme, rapporter des affirmations sans les vérifier, c'est ne faire que la moitié du travail. En Afrique, où la rumeur est souvent mortelle, la vérification est une tâche d'utilité publique. C'est la raison d'être d'Africa Check, qui promeut l'exactitude des faits dans le débat public sur le continent, explique Peter Cunliffe-Jones, qui supervise cet organisme au sein de la Fondation AFP.

(Photo: AFP / Pius Utomi Ekpei)


Lire la suite...

Un fantôme nommé KK

mercredi 28 mai 2014 Décryptages


Kim Kardashian quitte son hôtel à Paris le 23 mai 2014 (AFP / Kenzo Tribouillard)

─ Allô, vous êtes au courant du mariage de Kim Kardashian et Kanye West?

─ Le mariage de qui ? répond le policier ébahi.

─ Kardashian. K-A-R-D-A-S-H-I-A-N !

Récit des dix jours d'enquête d'Estelle Emonet et Nathalie Alonso pour... trouver l'endroit où la vedette de téléréalité américaine et son fiancé, le rappeur Kanye West, feront la fête en banlieue parisienne avant leur mariage.

(Photo: AFP / Kenzo Tribouillard)


Lire la suite...

Horreur et hashtags : couvrir Boko Haram

jeudi 22 mai 2014 Décryptages


Le 12 mai 2014, Boko Haram diffuse une vidéo montrant environ 130 lycéennes enlevées (AFP / Boko Haram)

« Le bureau de l’AFP au Nigeria a fait parler de lui ces dernières semaines, après que nous ayons obtenu des vidéos de Boko Haram et des plus de 200 adolescentes kidnappées par ce groupe armé radical dans leur école du nord du pays le mois dernier », écrit Phil Hazlewood, correspondant de l'AFP à Lagos. « Certains observateurs nous ont accusé de nous transformer en porte-parole de Boko Haram. Quelques-uns ont même affirmé que nous n'aurions pas dû diffuser ces vidéos. »

« Mais nous sommes une agence d’information. Cet enlèvement massif suscite, à juste titre, un immense intérêt dans le monde entier. La campagne virale sur internet et les efforts internationaux déployés pour retrouver les jeunes filles témoignent de l’envergure exceptionnelle de cette affaire. »


Lire la suite...

- page 1 de 3